Loups : « Il faut une élimination complète comme l’ont fait les anciens il y a un siècle », exige un agriculteur du Jura

Par Nathalie Dieul
14 septembre 2022 07:20 Mis à jour: 14 septembre 2022 07:20

Une série d’une dizaine d’attaques de loups a eu lieu dans le massif du Jura depuis le début du mois d’août. Les éleveurs bouillonnent à cause de la trentaine de vaches montbéliardes qui en ont été victimes.

Le 10 septembre 2022 , l’éleveur Gérard Pagnier a découvert le corps sans vie d’un de ses veaux âgés de 8 mois dans son alpage verdoyant. « Cela fait un à deux mois, quand on monte voir nos bêtes, on s’attend au pire, le pire est là”, a-t-il confié à France 3.

C’est la dernière attaque d’une série d’une dizaine d’agressions qui a fait une trentaine de victimes dans le secteur de la Mouthe dans le haut-Doubs depuis le 2 août dernier. Trois meutes de loups ont été identifiées autour du mont d’Or, du Risoux et du Marchairuz, en Suisse, rapporte L’Est Républicain. Des investigations sont en cours pour déterminer si le loup est bien l’auteur de chacune de ces attaques.

Les agriculteurs de la région n’en peuvent plus. Pour Gérard Pagnier, la seule solution est d’éliminer totalement le loup, dont la présence incompatible avec l’élevage. « Je ne sais pas si les pouvoirs publics vont comprendre qu’il faut les éliminer. Une élimination complète comme l’ont fait les anciens il y a un siècle », estime l’éleveur.

« Le problème n’est pas le loup, mais sa surpopulation »

Selon Le Bien public, les agriculteurs demandent « un tir de prélèvement » afin de réguler la population de loups dans le massif du Jura. « Le tir de défense, ça ne marche pas », explique Florent Dornier, président de la FDSEA 25 (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles).

Pour ce syndicat agricole, le problème vient principalement de la surpopulation du loup, puisqu’ils seraient 17 loups, répartis dans les trois meutes identifiées dans les alentours. « Une chose, pour commencer, qui a son importance. Le problème n’est pas le loup, mais sa surpopulation et le nombre fréquent d’attaques », précise Florent Dornier.

« Faire évoluer la loi »

La présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, veut quant à elle « faire évoluer la loi » à cause de cette grande épreuve que vivent les éleveurs du territoire. « Nos conditions d’élevage, que ce soit dans le Charolais, dans le Haut-Doubs ou dans le Haut-Jura, présentent des spécificités que le plan loup, destiné à protéger les troupeaux, en vigueur dans toute la France, ne reconnaît pas », explique-t-elle. « Il faudra que la loi s’adapte aux territoires qui ne peuvent, actuellement, être protégés. »

Au total, on estime qu’il y aurait 921 loups dans toute la France à l’issue de l’hiver 2021-2022, alors qu’un an plus tôt, il y en avait 783. En 1937, il n’y avait plus un seul loup dans l’Hexagone.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.