Mondial 2022: les onze joueurs iraniens s’abstiennent de chanter leur hymne

Par Epoch Times avec AFP
22 novembre 2022 08:21 Mis à jour: 22 novembre 2022 11:54

Juste avant le coup d’envoi de leur premier match du Mondial-2022 contre l’Angleterre le 21 novembre à Doha au Qatar, les joueurs iraniens se sont abstenus de chanter leur hymne national en soutien aux victimes des manifestations durement réprimées dans leur pays.

Durant la semaine, leur capitaine Alireza Jahanbakhsh avait expliqué que les joueurs décideraient « collectivement » de chanter ou non l’hymne national.

Depuis le début du soulèvement en Iran, causé par la mort le 16 septembre de la jeune Mahsa Amini âgée de 22 ans, arrêtée par la police des mœurs à Téhéran pour ne pas avoir respecté le code vestimentaire strict imposé par le régime, le refus de chanter l’hymne de la République islamique est devenu l’un des leviers utilisés par les sportifs iraniens pour manifester leur soutien au mouvement.

« Femmes Vie Liberté », pouvait-on lire en anglais sur une banderole dans les tribunes occupées par les Iraniens, qui, retirée, a vite disparu.

Les sportifs iraniens soutiennent le mouvement

Ce geste symbolique, parfois couplé au port d’un brassard noir en signe de deuil, a depuis été repris par de nombreux autres sportifs iraniens lors de compétitions à l’étranger.

Le 27 septembre, l’équipe nationale de football a ainsi refusé d’entonner ce chant avant un match amical de préparation à la Coupe du monde disputé en Autriche contre le Sénégal (1-1). Vêtu d’une parka noire dépourvue de tout blason et masquant le logo de la Fédération, les joueurs sont restés muets, la plupart la tête baissée.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.