Une mère de 19 ans avec une tumeur cérébrale a réussi à rester en vie après son accouchement: «La mort survient en un clin d’œil»

Une femme de 19 ans atteinte d’une tumeur maligne au cerveau, qui a réussi à rester en vie assez longtemps pour donner naissance, est décédée le 21 avril, a déclaré sa famille dans un message sur Facebook.

« Ce matin, peu avant 4 heures du matin, Dana nous a quittés pour aller rejoindre le Seigneur », a dit la famille de Dana Scatton sur la page Facebook. « Priez pour Dana. »

« Elle nous a tous inspirés à être meilleurs que ce que nous sommes et à garder Dieu au centre de nos préoccupations à chaque instant. Elle a affronté la plus grande peur de toutes, la mort, et lui a souri en retour avec un sourire que Dieu seul peut lui inculquer. Elle s’est battue plus durement que les guerriers les plus durs que l’homme ait connus et elle l’a fait avec grâce et bravoure », a écrit la famille.

Dana Scatton, de Pennsylvanie, avait 17 ans lorsqu’on lui a diagnostiqué une tumeur au cerveau alors qu’elle avait du mal à avaler ou à parler, et même à marcher.

« J’étais vraiment fatiguée », dit-elle, selon le site web le Daily Advertiser.

« Mais les choses n’ont fait qu’empirer. J’oubliais d’avaler, et mon discours est devenu bizarre. Puis mes jambes ont commencé à ne pas réagir aux choses – quand je marchais, mes jambes traînaient. C’est à ce moment-là que je me suis vraiment inquiétée », dit-elle.

Dana a reçu un diagnostic de gliome protubérantiel infiltrant, appelé également gliome infiltrant du tronc cérébral (GITC) ou gliome pontique intrinsèque diffus (traduction de l’anglais DIPG, diffuse Intrinsic Pontine glioma) en 2017. Il s’agit d’un type de maladie qui n’a aucun remède et presque aucun taux de survie, rapporte le Daily Advertiser. Les gliomes protubérantiels infiltrants commencent au tronc cérébral juste au-dessus de la nuque. Elle était enceinte de 7 mois et demi à l’époque.

Le Dr Jean Belasco, oncologue pédiatre à l’Hôpital pour enfants de Philadelphie, a dit à Dana qu’il n’y avait aucun espoir de survie.

Son état n’a fait qu’empirer et le lendemain de Noël, les médecins ont décidé de lui donner des radiations sans qu’elle n’ait accouché.

« J’ai l’impression que Dieu a ordonné aux médecins de m’aider à décider de ce que je devais faire », dit Dana. « Je n’étais pas sûre si je voulais commencer la radiothérapie sans avoir le bébé parce que je ne voulais pas que cela lui fasse de mal. Mais je n’arrivais pas à décider quoi faire, c’était trop dur. »

Les médecins ont rassuré Dana sur le fait que les radiations ne nuiraient pas au bébé et le 4 janvier, après plusieurs séries de radiations le 3 janvier, elle a donné naissance à sa fille, Aries Marie, par césarienne.

Le bébé est né en bonne santé à 2 kg (4 livres et 6 onces).

« Elle pleurait et une fois qu’ils l’ont mise sur la poitrine de Dana, elle s’est arrêtée », dit Josiah Gundry, le frère de Dana. « Le bébé va très bien (…) J’ai parlé à mon patron de la naissance, et il a dit : ‘Un miracle d’accompli… il en reste un autre à attendre.' »

« Quand Dana est entrée pour la césarienne, nous étions tous anxieux et stressés », dit-il. « Et elle était juste calme. Elle nous a dit : ‘Écoutez, ça va aller.’ Je lui ai dit : ‘Je ne sais pas comment tu fais ça.’ Et elle m’a dit : ‘J’essaie juste d’avoir confiance en Dieu.' »

La mort de Dana

Son service funèbre a eu lieu la soirée de vendredi et a été retransmis en direct aux 49 000 abonnés de la communauté Pray for Dana sur Facebook.

« Merci à tous ceux qui se sont joints à nous ce soir en personne et en ligne pour célébrer Dana. Nous nous sentons très bénis que Dana ait été aimée et soutenue par tant de personnes, de partout dans le monde », a déclaré sa famille dans une récente publication.

La famille a remercié tout le monde pour les cartes, les lettres et les prières, écrivant : « Merci pour le soutien que vous avez donné à Dana au cours des 16 derniers mois. Merci de ne jamais avoir abandonné son combat. »

Dans son entrevue avec The Daily Advertiser, Dana a confié que la mort lui a fait réaliser que ce monde est temporaire.

« C’était un tel réveil », dit-elle.

« Se faire jeter la mort à la figure (…) c’est si réel. Ça vous montre vraiment ce qui est vrai. Ce monde n’a pas d’importance, c’est temporaire, vous savez ? Quand je l’ai découvert, j’ai immédiatement lâché prise sur le monde. C’est comme, ça n’a plus d’importance. Nous devons regarder la vie éternelle. Nous pensons tous que nous avons tellement de temps (…) honnêtement, je suis reconnaissante d’avoir ce temps pour m’éveiller et réaliser ce qui est juste. Et je veux que tout le monde le voie. Même si d’autres n’ont pas eu les nouvelles que j’ai eues, je veux qu’ils s’éveillent. Je me sens bénie d’avoir ce temps pour arranger les choses – d’autres n’ont pas ce temps – la mort peut arriver en un clin d’oeil. »

Cet article vous a-t-il inspiré ? Si c’est le cas, n’hésitez pas à le partager avec vos proches et amis et à nous faire part de vos commentaires.

 
VOIR AUSSI