Une ville fantôme espagnole, inondée en 1992, sort de sa tombe aquatique après 30 ans d’immersion

Par Epoch Times
2 février 2022 00:47 Mis à jour: 2 février 2022 00:47

Comme un spectre sortant de sa tombe, une ville fantôme espagnole (inondée intentionnellement par le réservoir de Lindoso il y a une trentaine d’années) a semblé sortir des profondeurs fin novembre, alors que baissait le niveau des eaux.

L’apparition d’une ville, appelée Aceredo, près de Lobios, dans la province d’Ourense, au nord‑ouest de l’Espagne, qui réapparaît toutes les quelques années de sa tombe aquatique, est maintenant un lieu de loisirs pour les touristes et les visiteurs.

La ville zombie se caractérise par des bâtiments démodés en pierre et en bois, dont beaucoup sont devenus des décombres, une vieille fontaine d’où coule encore de l’eau, les restes squelettiques de vieux véhicules, du métal rouillé, des bouteilles en verre intactes et d’autres effets personnels abandonnés il y a des décennies par les anciens habitants de la ville.

Les dépôts sur les côtés des bâtiments marquent la montée et la descente des eaux au fil des ans.

L’inondation qui a dévasté Aceredo s’est produite en 1992, après que les chefs d’État, Franco du côté espagnol, Salaza, du côté portugais, ont signé, en 1968, un projet de construction du barrage de Lindoso, sur leur frontière commune.

Les ruines de l’ancien village d’Aceredo, habituellement submergées, apparaissent dans le réservoir de Lindoso en raison du faible niveau des eaux. (Miguel Riopa/AFP via Getty Images)
(Miguel Riopa/AFP via Getty Images)
Une fontaine coule toujours dans les ruines de la ville fantôme d’Aceredo. (Miguel Riopa/AFP via Getty Images)

Ensuite, la compagnie d’électricité Eléctrica de Portugal (EDP) a déployé des efforts considérables pour négocier avec les quelque 120 habitants d’Aceredo et les persuader de quitter leurs 70 maisons en échange d’une indemnisation. Si la compagnie a réussi à « convaincre » environ 51 % de la population de la ville de partir, les autres ont choisi de ne pas le faire.

Au milieu de manifestations, d’affrontements avec la police et de grèves de la faim, les autorités ont poursuivi la construction. EDP a fermé les vannes du réservoir et le niveau des eaux a augmenté.

Outre Aceredo, des villes voisines ont également été inondées lors de l’expropriation des terres, notamment : O Bao, Buscalque, A Reloeira et Lantemil. Les habitants d’O Bao et de Buscalque n’ont pratiquement pas eu le temps de réagir à la montée des eaux, beaucoup ont littéralement dû quitter leur maison à la nage avec les vêtements qu’ils avaient sur le dos, laissant les animaux périr pendant que leur maison était submergée, selon le quotidien en ligne Quincemil. Il aurait également pu facilement y avoir des pertes humaines, l’électricité de la ville n’ayant pas été coupée.

(Miguel Riopa/AFP via Getty Images)
(Miguel Riopa/AFP via Getty Images)

Un sort similaire a frappé d’autres régions du nord‑ouest de l’Espagne, notamment la ville de Portomarín, qui a été inondée par le réservoir de Belesear à la suite d’un pacte signé par le même dictateur espagnol Franco dans les années 1960. Mais si certains sommets d’immeubles de Portomarín réapparaissent de temps en temps pendant les basses eaux, Aceredo est unique : Elle émerge intégralement pour que les visiteurs puissent à nouveau se promener dans les rues et s’émerveiller.

Bien que les touristes puissent « profiter » du spectacle de cette ville fantôme pendant un certain temps encore – jusqu’à ce que de fortes pluies plongent à nouveau la ville dans sa tombe aquatique – pour les anciens habitants d’Aceredo, qui vivent maintenant pour la plupart non loin de là, ce spectacle ravivera probablement les mauvais souvenirs de maisons dont ils ont injustement été dépossédés.

(Miguel Riopa/AFP via Getty Images)
(Miguel Riopa/AFP via Getty Images)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.