Une femme courageuse est passée d’être une nouvelle maman sans-abri à devenir PDG

Elle a été sans-abri pendant 7 mois, pendant lesquels elle a donné naissance à son fils

Quand Dalisia Brye avait 27 ans, elle était sans-abri et enceinte. Après la naissance de son fils, luttant pour trouver du travail et souffrant de dépression post-partum, ce fut une période sombre dans sa vie. Quatre ans plus tard, elle réalise ses rêves en tant que PDG d’une société de relations publiques prospère et a travaillé avec certains des plus grands noms de la musique et de la mode à Memphis.

Comment elle est arrivée là, c’est grâce à son courage, à sa détermination et à un acte de foi. En plus, il y avait une personne qui l’aidait à traverser tout ça.

« [Mon fils] a été mon principal encouragement à poursuivre mes rêves », a déclaré Dalisia à Epoch Times.

Une période sombre

En 2012, Dalisia est retournée dans sa ville natale de Memphis, dans le Tennessee, dans l’est des États-Unis, pour être avec son fiancé, et s’est lancée dans une carrière ambitieuse dans les relations publiques. Elle allait bien, mais la relation a souffert et ils ont finalement rompu les fiançailles.

Environ quatre mois plus tard, elle a eu une histoire d’amour avec un nouveau petit ami et elle est tombée enceinte. À son insu, il avait une dépendance à l’héroïne.

Dès qu’elle l’a su, elle a su qu’elle devait mettre fin à la relation.

« La seule chose à laquelle je pouvais penser à ce moment-là, c’était mon fils. C’était quelqu’un que je voulais vraiment, vraiment. Quelque chose que j’ai senti dont le Seigneur m’a vraiment bénie », dit Dalisia.

« Le protéger dès le premier jour était ma préoccupation, et c’est pourquoi j’en ai fait ma priorité jusqu’à la sortie de la relation », explique-t-elle.

Dalisia Brye. (Avec l’aimable autorisation de Kat Johnson)

Enceinte, effrayée et n’ayant nulle part où aller, elle a cherché refuge là où elle le pouvait. Elle a été sans-abri pendant 7 mois pendant lesquels elle a donné naissance à son fils.

Heureusement, Dalisia a réussi à décrocher un emploi en télécommunications à Comcast avant la naissance. Cette position lui a permis de se lever et de subvenir aux besoins de son nouveau-né. De plus, un parent leur a ouvert ses portes et leur a fourni un endroit sûr où rester.

La naissance de son fils en janvier 2014 a été une occasion joyeuse, mais elle a souffert de dépression post-partum. De plus, à 11 mois, son fils a dû subir une chirurgie cardiaque à la suite d’une sténose pulmonaire et elle a dû quitter son emploi à Comcast pour s’occuper de son fils. Le stress croissant de sa situation était presque insupportable.

« Mon fils subit une chirurgie cardiaque. Je suis sans-abri. Le processus de recherche d’emploi à ce moment-là a été très difficile parce qu’à l’époque, je n’avais pas de véhicule », se souvient Dalisia.

Lâcher prise

En 2015, elle a obtenu un emploi de directrice de comptes dans une grande entreprise du Fortune 500.

Elle était incroyablement douée dans son travail, concluant des contrats de plusieurs millions de dollars avec des sociétés comme Nintendo et Williams-Sonoma.

Même si elle est allée si loin, elle n’a pas ressenti un sentiment d’épanouissement complet parce qu’elle avait dû mettre de côté ses rêves de carrière lorsqu’elle est tombée enceinte ; cependant, désormais, elle savait qu’il était temps de poursuivre sa véritable passion : le journalisme et le marketing.

Dalisia Brye est la PDG de sa propre entreprise appelée Dollface Public Relations. (Avec l’aimable autorisation de Kat Johnson)

« C’était juste quelque chose qu’il fallait faire pour mon bonheur. Par conséquent, je n’avais qu’à incorporer cela dans ma vie », se souvient Dalisia.

Un jour, elle a quitté son bureau pour déjeuner et n’est pas revenue.

Elle a contacté les dirigeants d’un hebdomadaire local, le New Tri-State Defender. Ils ont reconnu sa passion pour l’écriture et la communication et lui ont donné un emploi de journaliste. Elle n’a pas tardé à exceller dans ce travail.

« C’était le début d’un processus de changement dans ma vie », se souvient-elle.

Rêves réalisés

Et c’est aussi à ce moment-là que toutes les pièces du puzzle se sont réunies pour Dalisia.

« Puisque j’étais vraiment douée pour conclure des affaires, et que j’étais vraiment bonne en écriture et en journalisme, je me suis dit : ‘Comment puis-je inclure ces deux entités ?’ »

Dalisia a fait beaucoup de recherches et s’est rendu compte que la combinaison des deux domaines équivalait à des relations publiques – son premier amour.

Elle a commencé à travailler en freelance pour des artistes de la musique et des créateurs de mode, et a commencé à travailler pour de plus en plus de clients. Son expérience et son accès à des contacts avec les médias lui ont donné une longueur d’avance pour donner à ses clients un visage public.

Son premier client était Sheila Jay, une créatrice de mode qui a été la vedette de la Memphis Fashion Week en 2017.

Dalisia Brye. (Avec l’aimable autorisation de Kat Johnson)

Après avoir construit son propre réseau de clients, Dalisia a fondé sa propre firme de relations publiques – Dollface Public Relations – en octobre 2016. Elle n’avait que 30 ans.

« J’avais toujours dit qu’à l’âge de 30 ans, je voulais devenir propriétaire d’entreprise. Pour que cela se réalise à l’âge de 30 ans, c’était pour moi… J’ai pleuré à ce sujet », dit-elle.

En l’espace de trois ans seulement, Dalisia est passée du statut de mère célibataire sans-abri à celui de PDG primée de sa propre entreprise de relations publiques.

« Je suis extrêmement heureuse de pouvoir dire maintenant que je suis une propriétaire d’entreprise prospère émergeant de rien du tout », a-t-elle dit.

Elle est également extrêmement reconnaissante envers Memphis et ses nombreuses organisations et institutions qui l’ont aidée en cours de route.

« C’est à cause de la ville, si je suis qui je suis », dit-elle.

Si vous avez une histoire, écrivez à Andrew Thomas à [email protected]

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Abandonnée par son mari, une femme sans le sou a amassé
une fortune de 500 millions de dollars

 
VOIR AUSSI