L’ascension de l’Everest à 75 ans

Par Robert Mackey
25 décembre 2021 00:27 Mis à jour: 25 décembre 2021 00:32

Arthur Muir ne se soucie guère du record qu’il détient en tant qu’Américain le plus âgé à avoir escaladé l’Everest à l’âge de 75 ans. Il a atteint le plus haut sommet du monde le 23 mai de cette année, non pas pour la gloire mais avec la pensée humble mais ferme d’atteindre un objectif personnel important.

M.Muir vit à Northbrook, dans la banlieue de Chicago. Il a travaillé comme avocat pendant plus de 35 ans. Ce n’est pas un alpiniste professionnel ou aguerri. Seuls, deux des cinq moments forts de sa vie sont liés à l’alpinisme.

(Avec l’aimable autorisation d’Arthur Muir)

C’est à travers le titre de sa présentation habituelle sur le monde du travail lors de conférences ou d’exposés que se révèle la clé de sa façon de penser, la clé de toutes les réalisations de sa vie. Le titre à l’origine était :« Ce n’est pas une question de succès, c’est une question d’effort ». M. Muir l’a modifiée en « Ce n’est pas une question de sommet, c’est une question d’effort ».

Il croit fermement qu’il faut toujours se fixer des objectifs ambitieux – qu’on puisse les atteindre ou non. C’est à travers ce type d’objectif qu’on avance et qu’on se découvre.

Il a escaladé d’autres sommets avant de conquérir l’Everest et s’est entraîné intensivement pour y parvenir.

« Quiconque fait cela doit avoir beaucoup de chance et bénéficier de beaucoup de soutien », explique M. Muir, avec la modestie qui le caractérise.

Des rêves déçus

« J’ai grandi dans le Colorado, un État avec quelques montagnes », raconte-t-il. « Nous avions l’habitude de sortir de temps en temps et de faire de l’escalade, donc j’étais habitué à ce que nous appelons ‘l’alpinisme’– pas l’escalade avec les cordes et tout ça ; je n’ai jamais fait ça. »

« Mais je n’en ai rien fait, au lieu de cela, je suis allé à l’école. Puis j’ai été dans l’armée pendant trois ans. À mon retour, je suis allé dans une école de commerce. Puis j’ai fait une école de droit à Chicago, c’est comme ça que je me suis retrouvé ici. J’adore Chicago. C’est un endroit où il fait bon vivre. Mais j’étais assis derrière un bureau, vous savez, comme beaucoup de gens, à faire mon travail et à parler au téléphone toute la journée. »

(Avec l’aimable autorisation d’Arthur Muir)

En 1990, M. Muir a vu une annonce pour une expédition où des randonneurs pouvaient accompagner une équipe au camp de base du mont Everest. « J’ai toujours été intéressé par le mont Everest. Je m’y intéresse depuis que je suis très jeune – et je me suis donc inscrit et j’ai fait ce voyage. » Il a grimpé jusqu’à 6 550 mètres, au camp de base avancé sur la face nord du mont Everest, récemment ouverte, au Tibet. « Cela m’a donné le goût de l’aventure », dit-il. En 1991, il est allé au Denali, en Alaska, pour essayer d’escalader la plus haute montagne d’Amérique du Nord – aucun membre de son groupe n’a terminé l’ascension.

Puis il a arrêté l’alpinisme pour des raisons professionnelles et familiales, ayant trois enfants à élever.

« J’ai donc quitté ce milieu, même si c’était assez excitant », se souvient-il.

Volcans en Équateur

En 2013, Jim, un ami de M. Muir, l’appelle et lui demande de l’accompagner pour un voyage en Équateur, où ils escaladeraient des volcans. « Pendant toutes ces années, je n’avais rien fait – j’étais assis derrière un bureau – la seule chose que je faisais était de décrocher le téléphone, c’était mon seul exercice », raconte M. Muir.

M. Muir pensait que ce serait facile. Mais il lorsqu’il s’est concrètement retrouvé au cœur du défi qu’il s’était lancé, la réalité l’a vite rattrapé. « Vous avez déjà regardé un volcan ? C’est vraiment raide – ils sont à 45 degrés là-bas – c’est comme de marcher sur une échelle pendant longtemps, dans la neige, dans l’air. C’est dur, le vent souffle et il neige. »

Ensemble, le duo a escaladé deux volcans, le Cayambe et le Cotapoxi.

« C’était dur – c’était vraiment dur », se souvient M. Muir. « Mais voilà : ce que j’ai découvert, c’est que j’aimais ça, même si c’était vraiment incommodant. Vous avez froid, vous êtes trempé. C’est un exploit difficile. C’est vraiment abrupt. Vous arrivez au sommet, le vent souffle, vous êtes là-haut et vous vous dites : ‘Eh bien, tout cela est plutôt chouette.’ »

« Regarder la fumerolle d’un volcan d’où s’échappe des gaz en pensant : « Oh, c’est captivant » – vous êtes bien au-dessus des nuages, et vous pouvez vous asseoir, vous grimpez la nuit jusqu’au coucher du soleil – c’est très excitant, en fait. C’est assez spécial, dans un monde où j’ai passé tout mon temps assis derrière un bureau.

(Avec l’aimable autorisation d’Arthur Muir)

À partir de ce moment, M. Muir a décidé de tenter le plus haut sommet de chacun des sept continents, le Denali en Amérique du Nord, l’Everest en Asie, l’Aconcagua en Amérique du Sud et l’Elbrus dans la partie européenne de la Russie. Avec un guide, il a escaladé l’Elbrus et est redescendu à ski. « C’était vraiment très intéressant de pouvoir faire ça. Je veux dire, bon sang ! L’un des sept sommets du monde ! »

En 2016, il a tenté d’escalader le Shishapangma au Tibet. L’expédition n’a pas atteint le sommet, mais M. Muir a acquis plus d’expérience. « C’était vraiment intéressant – une ascension difficile », précise-t-il.

Ensuite, ce fut le Denali. Charlie, le fils de M. Muir, lui a proposé d’escalader le Denali ensemble. M. Muir se remémore l’aventure : « Nous avons fini par l’escalader ensemble, et nous nous sommes tenus au sommet ensemble, ce qui est l’un des cinq moments forts de ma vie. Le premier a été d’épouser ma femme, les deux autres ont été d’emmener chacune de mes deux filles dans l’allée lorsqu’elles se sont mariées. Le quatrième est le fantastique Denali avec mon fils Charlie, et le cinquième était d’avoir atteint le sommet de l’Everest. Voilà donc les cinq moments forts. »

M. Muir a également escaladé l’Aconcagua. Depuis sa retraite en 2014, il a fait une ou deux expéditions par année jusqu’en 2020. Il a également suivi des cours d’escalade sur glace dans le Colorado et s’est finalement senti prêt à tenter l’ascension du mont Everest, dont il avait déjà entrevu le sommet en 1990 lors de son voyage vers le camp de base avancé. « Je pensais que je ne pourrais jamais l’escalader, parce qu’en étant à 2 000 mètres, la montagne paraissait encore très haute. »

Mais au fil des ans, les compétences de M. Muir se sont améliorées, bien que son âge commençait à devenir un facteur déterminant. « Je luttais en quelque sorte contre l’âge, vous savez, parce que j’arrive à un point où il est un peu ridicule de faire certaines de ces choses, comme le penseraient la plupart des gens, mais j’avais un plan et j’ai eu beaucoup de chance », dit-il, en faisant référence à ses ascensions du Denali, de l’Aconcagua et de l’Elbrus. « Je me sentais plutôt compétent, et l’autre chose était que j’avais une équipe vraiment formidable pour me soutenir. »

M. Muir avait des médecins et des entraîneurs qui travaillaient avec lui, tandis que sa famille et ses amis le soutenaient. Cependant, beaucoup d’entre eux « étaient très sceptiques – à juste titre, n’est-ce pas ? Qui ne serait pas sceptique à l’égard d’un grand-père qui dit vouloir escalader l’Everest ? Je serais sceptique, moi aussi. J’étais sceptique – je le suis toujours. »

(Avec l’aimable autorisation d’Arthur Muir)

M. Muir a également réalisé qu’un aspect de son travail d’avocat avait servi d’entraînement mental pour l’alpinisme. « Je faisais de la finance d’entreprise, ce qui signifiait de gros prêts aux sociétés, les documents étaient longs et inintéressants. Les étudier était fastidieux et demandait des heures et des heures de concentration, et cela m’a été très utile, car je pouvais me concentrer pendant très longtemps sur la tâche à accomplir. » L’expérience s’est traduite par la montée et la descente de l’Everest.

« Mais sur la montagne, je peux dire que je n’ai fait aucune erreur, ce qui est remarquable si l’on considère que j’ai fait des dizaines de milliers de pas – cela a donc été une part importante de mon succès. »

Apprendre de l’échec

En 2019 M. Muir avait prévu de monter l’Everest, mais a reçu un appel de son entraîneur avant son départ, l’avisant qu’il n’était pas prêt. « Mais j’ai déjà payé pour cela », avait-il répondu. « Eh bien, c’est possible, mais vous n’êtes pas prêt », ripostait son entraîneur.

« Et devinez quoi ? Il avait raison. J’y suis allé, j’ai vu la montagne et je me suis dit : c’est un endroit grand, haut, froid, venteux et dangereux, et je ne suis pas sûr d’être prêt pour ça – et il s’est avéré que je ne l’étais pas, et je me suis blessé. »

Il traversait la cascade de glace du Khumbu, un endroit dangereux où la neige et la glace convergent depuis la montagne au-dessus. Alors qu’il marchait sur l’échelle horizontale que les alpinistes utilisent pour la traverser, il a glissé et s’est tordu la cheville, mettant fin à cette tentative d’ascension de l’Everest. « Je n’étais pas assez fort physiquement, et je n’étais pas assez fort mentalement. » Au cours de cette tentative, il n’est parvenu qu’au deuxième camp des quatre camps les plus élevés du mont Everest. Mais il y est allé, y a pris goût et a mieux compris ce qu’il lui faudrait faire.

En 2020, la pandémie du virus du PCC a mis un terme à toutes ses expéditions. M. Muir a donc eu deux ans pour s’entraîner. « J’ai travaillé très dur. Je faisais de l’exercice tous les jours, mon entraîneur me donnait un programme d’exercices très exigeant qui nécessitait entre deux et parfois cinq heures d’exercices, en gros tous les jours pendant deux ans. »

M. Muir a également dû se remettre d’une opération à l’épaule, ce qui a nécessité une heure et demie d’exercice par jour pendant 15 mois. Il a fait des exercices « conçus pour apprendre à votre corps à maintenir sa capacité de production, de travail, pendant une longue période », selon ses termes. Ce type d’entraînement contraste avec l’entraînement pour des sports tels que le football ou le basket-ball, qui alternent entre dépenses d’énergie intenses et brèves périodes de repos.

(Avec l’aimable autorisation d’Arthur Muir)

« L’alpinisme est complètement différent. C’est un effort soutenu sur une longue période. Vous devez donc être capable de contrôler votre rythme cardiaque, pour être vraiment efficace. Vous devez avoir la force de le faire pendant une longue période – un jour, nous avons fait 13 heures d’escalade. » De nombreux jours, il y eut 9 heures d’escalade ou plus.

« Ça prend du temps pour grimper par-dessus quelque chose ou en descendre, contourner des crevasses, ne pas tomber du sentier, etc. Ce qui fait la différence, c’est l’entraînement (ils se donnent vraiment beaucoup de mal pour que votre corps soit vraiment efficace) et vous pouvez voir la différence entre les grimpeurs qui n’ont pas suivi cet entraînement et ceux qui l’ont suivi. Ceux qui n’avaient pas suivi ce type d’entraînement déployaient beaucoup d’efforts et d’énergie dès le début, puis s’effondraient et n’avaient plus d’énergie. »

L’expédition de 2021

« J’avais des médecins. J’avais des entraîneurs. J’avais de la famille. J’avais des amis », a déclaré M. Muir, faisant référence à son équipe qui le soutenait avant l’ascension. Il avait également une équipe de guides, de sherpas et d’autres alpinistes à ses côtés pendant l’ascension.

En raison d’une météo capricieuse, l’expédition est restée bloquée au camp 3, avec de la neige soufflant dans leurs tentes et menaçant de les recouvrir. Une autre fois, alors qu’il était dix heures du soir le vent était extrêmement fort, on venait alors de quitter le camp 4 les lampes frontales allumées. À une autre occasion, M. Muir se souvient d’une sensation étrange éprouvée en regardant ceux qui le précédaient :« C’était comme de regarder dans une cage d’ascenseur – j’avais l’impression que ces gens étaient juste au-dessus de moi, tellement c’était raide. »

Un matin, en train de préparer sa remontée sur corde, depuis un moment déjà, une ligne de lumière est apparue à l’est : « Nous connaissons tous l’aube, c’est un moment agréable de la journée. Mais là, c’était vraiment spécial, parce qu’à ce moment-là, je savais qu’on allait sortir de la nuit. Puis le soleil se lève, et on commence à voir– on laisse tomber la lampe frontale et on commence à voir les choses. »

Au fur et à mesure que la matinée avançait, M. Muir a atteint un point duquel il pouvait apercevoir le sommet. « C’était la chose la plus merveilleuse qui soit, parce que je savais que j’allais y arriver, escalader le mont Everest. L’émotion que j’ai ressentie à ce moment-là était bien plus forte qu’au sommet. J’ai pensé : « Je vais vraiment arriver au sommet de l’Everest. »

(Avec l’aimable autorisation d’Arthur Muir)

M. Muir a atteint le sommet, mais n’est pas resté longtemps. « J’étais fatigué, mais pas épuisé, je savais que j’avais des réserves. Je savais qu’il y en aurait encore, je savais que je contrôlais la situation. C’est parce que je ne voulais pas mourir là-haut… ok. C’est assez simple, en fait, je voulais rentrer chez moi et j’ai donc commencé à descendre tout de suite. »

Ce n’est qu’une fois arrivé au camp de base que M. Muir a pris pleinement conscience de son exploit. « C’est alors que l’émotion m’a vraiment frappé. J’ai réalisé que j’avais fait quelque chose dont j’avais rêvé pendant toutes ces années, quelque chose pour quoi je m’étais préparé pendant toutes ces années, et qu’après cela, c’était plus une question de bien gérer, vous savez, c’était un travail de descendre en toute sécurité, sans faire d’erreur », a-t-il déclaré.

Humble et reconnaissant

Après sa tentative ratée de 2019, M. Muir a développé une approche réaliste et reconnaissante. « Je voulais juste voir ce que la montagne me donnerait – donc je pense que la perspective que vous donne l’âge, c’est que vous n’allez plus sortir pour changer le monde. Quand vous avez mon âge, vous réalisez que les choses sont d’une certaine façon, et vous avez juste de la chance d’être ici et d’être en assez bonne santé pour essayer ces choses. Mais mon attitude était si différente – j’étais tellement intimidé par la montagne en 2019. Je suis toujours intimidé par la montagne parce que c’est grand, c’est vraiment effrayant, c’est vraiment dangereux – beaucoup de mauvaises choses peuvent arriver. »

« Mais je suis plus à même de l’accepter. Je comprends que cette montagne et moi avons une relation. Je comprends que je dois la respecter, que je dois être attentif. Il n’y a pas de garanties, mais c’est [comme] une bonne relation de travail –vous savez, je n’essaie pas de vous dominer, de vous conquérir, de vous piétiner– ce genre de choses. Et je pense que vous en ressortez avec une reconnaissance pour la montagne, et pour la culture des gens qui sont aussi reconnaissants envers elle. »

(Avec l’aimable autorisation d’Arthur Muir)

M. Muir a évoqué l’humilité et la gratitude des personnes vivant de part et d’autre du mont Everest : le peuple népalais et les Tibétains. « Ils sont humbles. Ils sont reconnaissants pour ce qu’ils ont. Ils n’ont pas beaucoup, mais ils sont très reconnaissants. Ils sont amicaux. Ils sont forts, pour vivre la vie qu’ils mènent. Vous devez les admirer. »

En ce qui concerne ses aspirations futures, M. Muir a mentionné le ski au sommet du Mont Blanc en France, la randonnée, le vélo et le kayak au Costa Rica, de l’Atlantique au Pacifique, peut-être l’ascension du Kilimandjaro avec son fils et peut-être l’ascension des sept autres sommets. « Il y a toujours des choses à faire. À mon âge, je reconnais simplement que la fenêtre se referme un peu. La vie est précieuse, elle a de la valeur, et il faut en profiter. »

Des leçons à transmettre

« Le message que je souhaite transmettre aux personnes âgées est le suivant : faites de l’exercice – mais trouvez quelqu’un qui sait vraiment ce qu’il fait – et soulevez des poids. »

« Je parle d’exercices qui poussent votre corps de manière soutenue, en essayant de lui donner des stimuli de plus en plus élevés sur une longue période – et particulièrement les poids, qu’il s’agisse de dumbbells, de kettlebells ou de barbells.”

(Avec l’aimable autorisation d’Arthur Muir)

M. Muir a également un message adressé à toutes les tranches d’âges :

« J’ai dit à mes trois enfants, comme je l’ai dit à mes petits-enfants en âge de comprendre, qu’il est vraiment important d’avoir des rêves dans la vie. Je pense qu’il est vraiment important de se fixer des objectifs – et en particulier des objectifs dits ambitieux, que vous pensez ne jamais atteindre – lorsque vous avez un rêve, si vous le poursuivez réellement et que vous vous y engagez, vous commencerez à prendre les décisions qui vous permettront de vous en rapprocher. Et ce n’est pas vraiment important, ce n’est pas vraiment important si vous l’atteignez, ce n’est pas vraiment le but. Le point, c’est la découverte de soi, le voyage que vous traversez. Mais le fait est que si vous n’avez pas de rêve, vous ne quittez jamais la position de départ, et il est donc très important d’en avoir. Vous savez, la plupart des choses qui nous arrivent dans la vie et qui en valent la peine nous arrivent parce que nous faisons beaucoup d’efforts. Parfois, on a de la chance, mais vous savez, compter sur la chance pour y arriver ne suffit pas. »


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.