Une médecine secrète permet d’enlever les dents sans saignement ni douleur

10 avril 2016 18:08 Mis à jour: 16 mars 2017 22:36

JAMMU, Inde – Une famille de la ville de Jammu dans l’Inde du Nord possède la recette d’une préparation qui peut enlever sans douleur une dent, sans recours à l’anesthésie ni à la chirurgie. Ancien héritage médical, la famille a utilisé cette préparation pendant des siècles, se transmettant la recette durant des générations.

Rattan Singh, qui travaille dans une petite clinique dans une rue adjacente au Bazar de Gumat dans la ville de Jammu, est l’un des possesseurs de la recette. En un froid jour d’hiver, Vijay Kumar, agé de 67 ans, est venu à la clinique de Singh avec une rage de dent. Singh applique sa concoction trempée dans du coton sur la zone autour de la dent, et en moins d’une minute, la retire.

Il n’y a avait pas de saignement ou de douleur. « Je ne savais même pas ce qu’il se passait, » a dit Kumar.

La substance est transparente comme de l’eau mais sent très fort. Selon Singh, elle peut prendre feu comme de l’essence. Il n’avait pas fait la préparation lui-même ; ce qu’il possède a été fait par son grand-père et il lui en reste environ un quart.

Le père et le grand-père de Singh lui ont laissé à lui et à ses quatre frères, qui ont aussi des cliniques dans la même rue, quatre remèdes datant de plus de 100 ans et qu’ils utilisent toujours. Alors que Singh est un dentiste traditionnel, ses frères sont devenus des mécaniciens-dentistes, certifiés par le gouvernement.

« D’autres personnes possèdent cette médecine, mais ils la gardent secrète, » dit Singh. Il l’utilise seulement quand un client le demande, car il pense que cela a affecté la vue de son père décédé.

La table d'un dentiste Bhatra sur le bord de la route dans le bazar de Gumat dans la ville du Nord de l'Inde de Jammu, le 3 janvier 2015. (Venus Upadhayaya/Epoch Times)
La table d’un dentiste Bhatra sur le bord de la route dans le bazar de Gumat dans la ville du Nord de l’Inde de Jammu, le 3 janvier 2015. (Venus Upadhayaya/Epoch Times)

Histoire
Singh et ses frères font partie de la communauté des Sikhs Bath, ou Bhatras, une communauté dont les ancêtres étaient des érudits ou des prêtres qui vivaient sur la rivière Saraswati maintenant asséchée entre l’Inde et le Pakistan.

Brahmane à l’origine, ils devinrent des disciples du Guru Nanak, qui est le grand-père de la religion Sikh. Un des disciples du Guru Nanak, le dirigeant Raj Shivbabhn eut un petit fils qui devint un poète et un érudit. Il fut appelé Bhat Rai, ou le « Raj des poètes » pour son style littéraire, et le nom Bhatras a évolué de « Bhat Rai ». Bhat signifie « barde » en sanskrit, et les Sikhs Bhat sont des bardes Sikh ou des érudits.

De nos jours les Bhatras peuvent encore être vus dans les ruelles étroites du bazar de Gumat, assis derrière de petites tables avec des dents en acrylique et de vieux dentiers sur le comptoir pour attirer les clients.

Singh dit que son père, qui est venu dans la région quand elle était encore dirigée par un roi, pratiquait aussi de cette façon.

« Il s’asseyait au carrefour et offrait ses services aux gens. Lentement les gens en sont venus à le connaître, et nous sommes en charge de cet héritage. » dit-il, montrant un vieux prospectus que son père utilisait pour faire de la publicité.

Rattan Singh, un dentiste traditionnel dans la ville de Jammu dans le Nord de l'Inde, le 4 janvier, tient un flacon avec une drogue rare préparée il y a près d'un siècle par son grand-père. (Venus Upadhayaya/Epoch Times)
Rattan Singh, un dentiste traditionnel dans la ville de Jammu dans le Nord de l’Inde, le 4 janvier, tient un flacon avec une préparation unique faite il y a près d’un siècle par son grand-père. (Venus Upadhayaya/Epoch Times)

Un soin dentaire abordable
Tandis qu’ils travaillent principalement dans la rue, ne portent pas de gants de protection et que certains de leurs outils semblent tenir de l’échoppe d’un charpentier, beaucoup de gens viennent tout de même à eux car ils sont abordables et efficaces.

« J’ai eu un client à Delhi. Il en a parlé à un autre officier haut-placé de Maharashtra [un État côtier à environ 1100 kilomètres au sud-ouest de Delhi] et il a fait tout le trajet pour me trouver dans cette ruelle à Jammu, » a dit Singh.

Pour enlever une dent douloureuse, Singh ne prend que 120 roupies (2 euros).

Une autre cliente est venu voir Singh pour appareiller les dents de sa fille. « Je suis allée dans une clinique privée [un dentiste moderne] », dit-elle. « Ils m’ont demandé 21 000 roupies (35 euros). » Pour le même travail, Singh a demandé 800 roupies (11 euros).

Malheureusement pour Singh, cela ne veut pas dire qu’il pourra vivre de sa pratique.

« Mon père m’a dit de n’arnaquer personne, alors je ne peux pas leur demander des sommes d’argent exorbitantes », dit-il. « Comme je ne peux pas facturer plus, je ne peux pas survivre en pratiquant cela uniquement. »

Il a lancé un petit commerce d’électronique et survit en louant sa propriété sur le marché principal proche. Il semble aussi que la pratique de la dentisterie traditionnelle ne sera pas maintenue dans sa famille plus longtemps.

Les frères de Singh ont déjà abandonné la pratique et ses enfants ne s’y intéressent pas non plus. Son apathie devant son héritage médicinale est aussi apparent, il dit qu’il ne veut plus pratiquer et veut trouver une nouvelle carrière dans une autre industrie.

Mais d’ici là, il est le témoignage vivant du pouvoir de la guérison traditionnelle.

Version anglaise : Secret Drug Removes Tooth With No Blood or Pain

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.