Une mère en deuil organise une séance photo émouvante pour son fils et son «frère jumeau au paradis» avec lits d’enfant et ailes d’ange

Par Anna Mason
18 janvier 2022 16:53 Mis à jour: 18 janvier 2022 16:53

En prévision d’une séance photo, elle a acheté deux berceaux miniatures identiques en bois rustique pour ses jumeaux.

Dans l’un d’eux serait couché son fils Owen, plein de vie, enveloppé dans une couverture douillette ; l’autre berceau resterait vide. Elle a commandé en ligne deux petites ailes d’ange pour mettre à la place de Parker au paradis, le frère jumeau d’Owen.

Après une grossesse précaire et une naissance prématurée, Sara Clark, âgée de 26 ans, savait que la sortie d’Owen de l’hôpital était une occasion à célébrer. Grâce à un groupe de soutien aux parents sur Facebook, elle a eu l’idée d’une séance photo à chérir pour toujours, mais elle voulait inclure Parker, le frère jumeau qui n’a pas survécu.

« C’était très émouvant, tant pour notre famille que pour notre photographe. Elle a fait un travail extraordinaire », a confié Sara à Epoch Times. « Notre séance photo a eu lieu une ou deux semaines après l’arrivée d’Owen. »

Owen, qui est maintenant en pleine forme, a traversé un chemin périlleux vers la guérison.

(Avec l’aimable autorisation d’Autumn Collette Photography)

En mai dernier, Sara et son mari, Bronson, âgé de 28 ans, ont appris qu’ils allaient avoir des jumeaux. Assis ensemble dans une salle d’hôpital, ils plaisantaient sur le fait que ce serait fou d’avoir des jumeaux, lorsque le médecin est revenu pour terminer l’échographie.

« Nous étions absolument sidérés. Nous n’arrivions pas à y croire, mais nous étions fous de joie », a-t-elle dit. « Nous avons tous les deux éclaté de rire, incrédules, lorsque nous avons vu deux petits bébés sur l’écran. »

Ces deux précieux bébés allaient compléter la jeune famille, qui vit à Morrisville, en Caroline du Nord. Sara, une représentante médicale, et Bronson, un assistant d’aumônier dans l’armée de réserve, ont également deux enfants en bonne santé, Brooks et McKenzie.

Cependant, à environ cinq mois de grossesse, le liquide amniotique dans le sac entourant Parker, l’un des bébés, a commencé à augmenter à un rythme malsain. Le médecin de Sara s’inquiétait.

Le déroulement de la grossesse de Sara avec Parker et Owen a commencé de la même manière que ses précédentes grossesses, a-t-elle dit. Elle avait des nausées matinales mais, à part cela, elle se sentait bien. Puis, à environ 25 semaines, les choses ont commencé à changer.

(Avec l’aimable autorisation d’Autumn Collette Photography)

« Je grossissais de minute en minute », a-t-elle dit. « Mon médecin m’a demandé d’arrêter de voyager pour le travail et de faire de la musculation. Je me contractais constamment à ce moment-là, tout au long de la journée. »

À 27 semaines, elle a commencé un travail prématuré ; les médecins ont réussi à l’arrêter en donnant aux bébés des stéroïdes pour les aider en cas de naissance précoce. Mais l’inquiétude a grandi, au cours des semaines suivantes, quant à la possibilité que les garçons souffrent du syndrome de transfusion foeto-foetale.

Cette maladie rare, qui se produit lorsque le sang passe d’un jumeau à l’autre dans l’utérus, entraîne de multiples complications. Après trois semaines de surveillance étroite et constante, Sara a perdu ses eaux. Elle n’était qu’à 30 semaines de grossesse.

Les efforts déployés pour arrêter le travail ont été vains et les médecins ont décidé de pratiquer une césarienne d’urgence.

« À ce moment-là, les deux garçons semblaient en parfaite santé d’après les échographies et les moniteurs de fréquence cardiaque », raconte Sara. « Je me souviens avoir tremblé tellement j’étais nerveuse. Même si j’étais nerveuse, je pensais que les garçons allaient être en parfaite santé. »

C’est pendant que les médecins s’efforçaient d’administrer une péridurale que l’instinct de Sara s’est fortement manifesté.

(Avec l’aimable autorisation de Sara Clark)

« Tout d’un coup, j’ai eu la sensation désagréable que quelque chose n’allait pas », dit-elle.

La procédure a commencé, et le jumeau A, Parker, est sorti le premier.

« Personne ne me l’a montré et c’était le silence », a ajouté la maman. « Puis Owen est sorti et on nous l’a montré par-dessus le rideau. J’ai immédiatement commencé à m’inquiéter. »

Un médecin de l’USIN a dit au couple désespéré qu’ils pratiquaient un massage cardiaque, mais Parker ne réagissait pas.

« Il semblait qu’il n’allait pas s’en sortir », a-t-elle mentionné. « Il a dit à mon mari qu’il devait venir le voir s’il voulait le voir dans ses derniers moments. »

« Mon mari hésitait à me quitter, mais j’ai insisté pour que notre fils ne meure pas dans une pièce remplie d’inconnus. J’étais anéantie. Je pleurais et priais Dieu à haute voix pour qu’il sauve mon fils. »

Quelques instants plus tard, le même médecin est revenu et a dit à Sara que Parker était vivant.

« Ses signes vitaux ont fait un bond dès que mon mari est entré dans la pièce », raconte Sara. « Le médecin et les infirmières ont tous dit que c’était un miracle. J’étais tellement soulagée. »

(Avec l’aimable autorisation de Sara Clark)
(Avec l’aimable autorisation d’Autumn Collette Photography)
(Avec l’aimable autorisation d’Autumn Collette Photography)

Le bébé Owen a également eu des complications de santé. Il a été placé sous respirateur et son état était stable. Ce n’est que plus tard dans la journée qu’un des médecins est retourné voir Sara et Bronson pour leur dire que Parker n’allait pas s’en sortir et qu’il ne savait pas combien de temps il lui restait.

« Nous sommes immédiatement accourus au chevet de Parker », dit-elle. « C’était bouleversant. C’était comme si on m’arrachait le cœur de la poitrine. »

« Quand ils ont su qu’il n’en avait plus pour longtemps, ils m’ont permis de tenir Parker dans mes bras pour la toute première fois. Ses signes vitaux ont rapidement baissé. »

« Mon mari et moi sommes restés assis à le tenir pendant des heures. Je ne voulais pas le lâcher. »

(Avec l’aimable autorisation d’Autumn Collette Photography)
(Avec l’aimable autorisation d’Autumn Collette Photography)

Après le décès de Parker, le couple voulait organiser un service commémoratif immédiatement, mais a choisi d’attendre en raison de la pandémie.

Lorsque Owen est finalement rentré chez lui après un séjour de trois mois à l’hôpital, Sara s’est arrangée pour qu’une amie de la famille prenne des photos émouvantes.

« La séance photo a été d’une importance capitale pour moi », a souligné Sara. « Je chérirai ces photos pour toujours. »

Sara décrit Owen comme « le plus doux des petits garçons qui adore être tenu et câliné », ajoutant : « Nous avons parfois eu peur qu’il ne s’en sorte pas, mais il était si fort. Il est notre petit combattant. »

La famille prévoit d’organiser un service commémoratif pour Parker le jour du premier anniversaire de son décès.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.