Romain Ferrari : « La solution viendra des agents économiques »

Comme un certain nombre d’entrepreneurs, Romain Ferrari n’a pas attendu la COP21 pour intégrer des valeurs écologiques et solidaires dans le fonctionnement et l’activité de son entreprise. Le Directeur Général de l’entreprise de textiles Serge Ferrari, qui a également participé à l’élaboration du Rapport de l’Économie Verte commandé par Corinne Lepage, ministre de l’Environnement, nous livre ses idées pour la transition vers une économie verte et solidaire.

Les patrons ont annoncé qu’ils allaient injecter 90 milliards d’euros d’ici à 2020. Pensez-vous que cela va dans le bon sens ?

Si on en reste aux annonces, cela n’a pas vraiment d’importance. Attribuer un prix au carbone en lui-même n’a aucune signification. Si l’on sort de cette COP21 sans d’ambitieux outils, sans instruments économiques, cela ne sert à rien. La question, c’est de savoir si l’on va se donner les structures juridiques, les contraintes, et si l’on va se décider à introduire un certain nombre d’outils économiques de manière à accompagner cet engagement.

Va-t-il sortir de là seulement des intentions, ou va-t-on réellement poser les premières pierres d’une instance mondiale de l’environnement ? C’est très important. Ce fonds permettrait de financer l’aide aux pays qui en ont le plus besoin et qui vont souffrir du changement climatique de manière à financer d’une part le développement de ces pays, et d’autre part, la transition bas carbone franche et nette des pays les plus développés.

À ce jour, quels obstacles identifiez-vous dans le financement vers une transition bas carbone ?

On a l’impression que c’est cher, que c’est compliqué… l’impression d’une fausse timidité autour de ce problème. Je vais prendre un exemple très simple : un baril de pétrole, quand il est extrait du sol en règle générale, il n’est pas fait pour être mis en bocal, mais pour être transformé majoritairement comme énergie de chauffage, de transport, de process ou pour fabriquer des matières de synthèse. Or, on est sûr d’une chose : à partir du moment où l’on extrait un baril de pétrole, il va émettre 400 kg de CO2. C’est gravé dans le marbre.

Aujourd’hui, on parle de vouloir mesurer les émissions, mais c’est très difficile à faire, il y a beaucoup d’émetteurs. De plus, il y a certains pays qui disent : « Vous parlez d’émissions directes, mais il y a aussi les émissions indirectes que les pays sous-développés émettent pour les pays développés ». Comme les pays développés ont effectivement externalisé des étapes de fabrication des matières vers les pays sous-développés, cela amène tout de suite de grands débats.

L’idée de base serait donc de dire que dès que l’on extrait des ressources fossiles comme des barils de pétrole, on leur affecte tout de suite leur externalité carbone. Le calcul est simple, si l’on prend la valeur sociale du carbone à 25 dollars la tonne de CO2 – estimation soutenue par les scientifiques, un baril pesant 400 kg de CO2 revient à 10 dollars –, si pour chaque baril, on mettait 10 dollars dans un Fonds Vert, c’est simple, on règlerait le problème du climat. Il faut évidemment suivre cette même logique avec les autres énergies fossiles.

Sachant que l’on extrait environ 30 milliards de barils par an, cela fait 300 milliards de dollars en cash. Et cela ne pénalise absolument pas l’économie parce que si demain le baril passe de 50 dollars à 60 dollars on s’en fiche, l’économie s’en moque… il peut passer de 60 à 100, au-delà de 110 cela pose un petit problème, mais aujourd’hui cela ne poserait absolument aucun problème. On reste donc sur une mesure tout à fait indolore, qui s’applique à la source, qui est universelle et qui règle au passage les débats sur qui émet du CO2 pour qui.

Certains pensent que les grandes compagnies ne voudront pas, mais ce n’est pas certain. Prenons les extracteurs de ressources fossiles : ils ont toujours reproché aux États de constituer des rentes fiscales énormes en aval de leurs métiers, à un niveau que l’on ne voit pas. Ces rentes sont attribuées pour d’autres causes. Cela, par exemple par le biais d’un droit d’accise (taxe indirecte calculée sur une quantité, comme la TICP, ndr), qui pourrait permettre de se réapproprier cette initiative-là.

La meilleure réponse au règlement du climat n’est donc pas politique ?

La solution ne viendra probablement pas des politiques parce que c’est très compliqué, ils ont encore les lunettes de l’ancien siècle. Ils sont aussi un peu « à la ramasse », on le voit avec l’ubérisation de l’économie. Voyez aujourd’hui comme ils sont en train de tourner en rond autour du pot sur la question de trouver 100 milliards. Cela les traumatise, parce que ces 100 milliards, il faut les prendre quelque part, alors qu’il y a suffisamment de problèmes de dépenses publiques.

Si le monde industriel prend les choses en main et attribue un coût aux externalités des énergies fossiles… les responsables de nos grandes économies vont sûrement courir après ça, et s’adapter immédiatement en assurant sa gouvernance. Tout ce qu’il manque, c’est l’impulsion du départ. Aujourd’hui, on a fait l’inverse : prenez l’European ETS, le système de marché carbone, un truc qu’on a lancé et que l’on n’a pas piloté. Tout le monde s’en est emparé, il n’y a pas eu de contrôle, ce qui a eu pour effet de le livrer à la spéculation des grands acteurs. Ensuite, les règles économiques ont changé, le système n’a pas été adapté, il y a eu un surplus du crédit carbone par rapport à la demande. C’est tout l’inverse de ce qu’il faut faire. Les instruments économiques doivent être alimentés par les agents économiques, puis constamment pilotés par les institutions. Ce pilotage doit permettre de corriger les règles du jeu en fonction des effets constatés sur l’économie et le bien-être commun. Les instruments économiques ont besoin d’être constamment révisés et adaptés, une chose qui n’a pas été faite pour le marché du carbone. Une bonne idée qui n’a pas été pilotée.

Je pense donc que la solution viendra des agents économiques comme les grandes régions, l’économie circulaire et les petites et moyennes entreprises qui prennent en charge le recyclage et la croissance verte. On a vu par exemple la région Nord-Pas-de-Calais, qui a été l’une des premières régions en France à adopter un plan qui est baptisé 3e génération. Il y en a beaucoup en France, qui ont beaucoup de choses à dire et on aurait tout intérêt à les écouter.

 
VOIR AUSSI