Un couple de Vietnamiens emprisonné pour avoir critiqué le gouvernement communiste en ligne

Par Aldgra Fredly
24 novembre 2022 11:37 Mis à jour: 24 novembre 2022 11:37

Un tribunal vietnamien a prononcé mardi des peines à l’encontre d’un couple arrêté pour avoir diffusé sur les médias sociaux des critiques à l’égard du Parti communiste au pouvoir, selon une dépêche locale.

Le tribunal a condamné Nguyen Thai Hung, 50 ans, à quatre ans de prison et sa femme, Vu Thi Kim Hoang, 44 ans, à deux ans et demi pour « abus de libertés démocratiques » sur leur chaîne YouTube.

Aucun des deux accusés n’a bénéficié d’une représentation légale durant le procès. Selon Mme Hoang, la police les a intimidés pour qu’ils renoncent à leur avocat, rapporte Radio Free Asia (RFA).

« Nous n’avons pas pu vraiment débattre lors du procès qui s’est tenu aujourd’hui », a‑t‑elle déclaré à RFA. « La plupart du temps, ils nous ont posé des questions de type oui‑non. C’est tout. N’ayant pas d’avocat, nous ne pouvions pas parler. »

Mme Hoang pense que l’issue aurait été la même s’ils avaient pu être défendus. Selon elle, seule sa fille a été autorisée à entrer dans la salle d’audience, alors que le procès était ouvert au public.

Leur chaîne YouTube, Telling the Truth TV, se concentrait sur des sujets d’intérêt national. Elle comptait près de 40.000 abonnés et générait plus de 384 millions de dongs (15.500 euros) de recettes publicitaires, que les autorités considèrent comme des « profits illégaux ».

Arrêté lors d’une émission

Le couple a été arrêté dans sa résidence située dans la province de Dong Nai le 5 janvier. M. Hung était en train de diffuser un flux vidéo en direct sur YouTube lorsque la police a fait irruption dans la maison, a rapporté RFA. La police a ensuite libéré Mme Hoang au mois d’avril.

Dans son acte d’accusation, le tribunal a indiqué que M. Hung avait animé 21 discussions en ligne entre juin 2020 et janvier 2022 sur YouTube, « parlant en mal du Parti [communiste] et de l’État, déformant la politique socio‑économique du gouvernement, calomniant les dirigeants de haut niveau du Parti et de l’État, et dénaturant des incidents récents très médiatisés. »

Mme Hoang a été accusée de conspiration pour avoir hébergé M. Hung et lui avoir donné accès à son ordinateur portable et à son compte bancaire.

M. Hung a plaidé non coupable, affirmant qu’il n’utilisait YouTube que comme plateforme pour exercer son droit à la liberté d’expression et à la démocratie. Sa femme a reconnu ses actes devant le tribunal. Le couple a fait savoir qu’il allait chercher un avocat pour faire appel.

Le Vietnam est un pays contrôlé par les communistes où la liberté d’expression et le militantisme au sein de la société civile sont « fortement limités », selon l’organisation Freedom House, qui a classé le Vietnam comme « non libre » dans son rapport 2022 sur la liberté à travers le monde.

Au début du mois de novembre, le Vietnam a imposé le retrait des contenus « illicites » des médias sociaux dans les 24 heures, au lieu des 48 heures prévues initialement, pour intensifier la répression des activités « anti‑étatiques ».

« Le ministère va proposer au gouvernement une augmentation des amendes administratives pour atteindre un montant suffisamment élevé et dissuader le public », a déclaré Nguyen Manh Hung, ministre vietnamien de l’information et des communications, le 4 novembre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.