Un film documentaire explore les origines du virus du PCC

Par Catherine Yang
15 avril 2020 22:09 Mis à jour: 19 mars 2021 08:25

Alors qu’Epoch Times a commencé à publier des articles sur le virus du PCC* le 2 janvier, la plupart des médias n’avaient pas encore repris le sujet en raison du blocage de l’information par le régime chinois. Trois mois plus tard, plus de 200 pays et territoires ont été infectés et le virus a causé plus de 128 000 décès, infectant au moins 2 millions de personnes, mais l’information est plus obscure que jamais.

« Nous avons entendu toutes les rumeurs possibles et imaginables. Nous avons entendu toutes sortes de théories, de versions insensées, toutes sortes de récits différents », a déclaré Joshua Philipp, journaliste d’investigation primé et animateur de l’émission « Crossroads ».

Les rumeurs ne sont pas le fruit du hasard : le PCC s’est engagé activement dans une campagne de désinformation, et les médias du monde entier se sont fait les parrains de cette propagande. En conséquence, des nations entières ont réagi sous l’influence de fausses informations alors qu’elles essayaient de lutter contre la pandémie à l’intérieur de leurs frontières.

Capture d’écran du documentaire « Tracking Down the Origin of Wuhan Coronavirus ». (Avec l’aimable autorisation d’Epoch Times)

Joshua Philipp et ses collègues d’Epoch Times et du média partenaire NTD Television ont estimé qu’il était de leur responsabilité de passer au crible toutes les informations disponibles, de les vérifier et de les rassembler en un seul endroit. Le résultat est le documentaire « Tracking Down the Origin of the Wuhan Coronavirus » (« Traquer l’origine du coronavirus de Wuhan »), qui vient d’être primé et qui peut être visionné en ligne. En seulement trois jours après sa première, le documentaire a été vu environ sept millions de fois sur les différentes plateformes.

Le film « essaie vraiment de passer au crible toutes les rumeurs, toutes les vérités, toutes les faussetés, et de montrer aux gens une image aussi précise que possible de ce qui s’est réellement passé et d’où vient réellement ce virus », a déclaré Joshua Philipp.

Dans ce film, Joshua Philipp reconstitue le développement du virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé « nouveau coronavirus », et inclut des interviews qui éclairent les actions et les intentions du régime chinois.

Des vies en jeu

Il devrait être très révélateur que le panel des neuf personnes que le PCC a choisi pour faire face à la pandémie quand il a finalement reconnu l’existence du virus en janvier, soit rempli de fonctionnaires de la propagande, a déclaré le chroniqueur des affaires chinoises Gordon Chang dans le documentaire.

De nombreux pays ont accepté ou acheté du matériel défectueux à la Chine, par exemple, et « ils se font duper », a déclaré Joshua Philipp. « Et, bien sûr, c’est parce qu’ils ne comprennent pas le Parti Communiste Chinois, ils ne comprennent pas comment [le PCC] fonctionne, et même au moment où nous parlons, le Parti Communiste Chinois prétend que l’épidémie est finie en Chine alors que ce n’est pas le cas ».

Le chroniqueur des affaires chinoises Gordon Chang. (Avec l’aimable autorisation de The Epoch Times)

« Et ce que cela signifie, c’est qu’ils reprennent les affaires et les vols aériens, il y a un risque majeur pour les autres pays », a déclaré Joshua Philipp. « Si [ces pays] n’ont pas d’informations précises, sur quoi peuvent-ils baser leurs décisions ?

Comme le montre le documentaire, le retard du régime chinois dans le partage des informations sur le virus avec d’autres pays n’était pas un simple oubli. Et au-delà de la dissimulation de l’épidémie, les actions et la désinformation actuelles de la Chine continuent à mettre en danger des vies dans le monde entier. Le PCC est passé de la négation de l’existence du virus à la diffusion d’autant de mensonges que possible pour obscurcir la vérité.

« C’est une question de vies humaines », a déclaré M. Philipp.

Pourquoi le PCC mentirait-il ?

Depuis le début, le régime communiste chinois n’a pas été transparent. « Nous ne savons pas ce qu’il en est, mais le fait que le Parti communiste dissimule tout cela devrait nous troubler profondément », a déclaré M. Chang.

Ceux qui ne connaissent pas le parti communiste chinois seront probablement choqués de découvrir les motivations du régime.

L’enquête de Joshua Philipp sur le virus du PCC dans ce documentaire remonte à l’apparition du SRAS il y a près de vingt ans. Le PCC a également tenté de dissimuler l’épidémie de SRAS, et Epoch Times a été l’un des rares médias à dénoncer cette situation. Il existe ce précédent selon lequel le régime n’est pas digne de confiance en cas d’épidémie.

Joshua Philipp a fait des recherches sur le PCC depuis 2008 et a donné un exemple de son approche militaire pour faire la lumière sur la façon dont le PCC peut tirer profit de cette pandémie que la plupart considèrent comme une tragédie.

« Une chose importante à comprendre est qu’ils parlent de guerre sans morale. Ils parlent de ‘guerre sans restriction’ : une guerre qui ne tient compte d’aucune notion de droits de l’homme, de dignité humaine, de vie humaine. C’est la victoire par tous les moyens. Il n’y a rien qu’ils ne feront pas, et nous voyons la même chose dans de nombreuses parties de leur système, y compris le système médical où la modification du génome humain n’est pas un problème pour eux », a déclaré Joshua.

Les experts du documentaire nous le rappellent : c’est une nation qui détient actuellement au moins un million de ses propres citoyens dans des camps de concentration. « Ce régime ne fait aucun cas de la vie humaine – nous l’avons vu dans leurs violations des droits de l’homme », a déclaré M. Philipp.

Joshua Philipp, journaliste d’investigation d’Epoch Times. (Avec l’aimable autorisation de The Epoch Times)

Le documentaire offre un aperçu complet du virus et de ce qui s’est passé, et Joshua Philipp espère qu’il permettra aux nations de prendre des décisions en étant mieux informées.

Dr Sean Lin, ancien directeur de laboratoire de la branche des maladies virales à l’Institut de recherche de l’armée Walter Reed. (Avec l’aimable autorisation d’Epoch Times)

« Au moins, nous pouvons fournir ces informations qui renseigneront le monde entier sur l’origine exacte de ce virus et sur ce qu’il faut faire à l’avenir », a-t-il déclaré. « Et en fin de compte, ils seront plus prudents lorsqu’ils traiteront avec le Parti communiste chinois, surtout en ce moment. »

« La vie des gens est en jeu et nous trouvons qu’il est essentiel de faire ce genre de travail », a-t-il déclaré.

Points de discussion

L’information est peut-être plus vitale que jamais, car tandis que les pays se tournent vers l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour obtenir des informations, l’OMS se tourne elle vers le PCC.

Le général Robert Spalding, chercheur principal à l’Institut Hudson et ancien directeur principal de la stratégie du Conseil national de sécurité, était en Chine lorsque le SRAS a éclaté. Il a été évacué, mais il sait à quoi ressemble une dissimulation. La manière dont le PCC a géré la dissimulation du SRAS est exactement la même que celle dont il a géré cette affaire. Il fait partie des nombreux experts qui affirment que le PCC n’a clairement pas l’intention de mettre fin à l’épidémie ou de vaincre le virus.

Joshua Philipp, journaliste d’investigation principal d’Epoch Times à New York. (Avec l’aimable autorisation de The Epoch Times)

« Vous pouvez voir que l’OMS suit essentiellement les directives du Parti communiste chinois », a déclaré M. Spalding.

L’OMS n’est pas la seule organisation à le faire ; les organisations internationales et des institutions universitaires à travers le monde ont peur de dire quelque chose qui pourrait mettre le PCC en colère. Ces dernières semaines, M. Spalding a contacté de nombreux scientifiques de renom qui ont un jour suggéré que le virus à l’origine de cette mystérieuse maladie Covid-19 avait été créé dans un laboratoire, mais ils ne voulaient plus parler.

Dès le début, le PCC a empêché des organisations comme les Centres de contrôle et de prévention des maladies d’étudier l’origine du Covid-19, a déclaré Gordon Chang.

Les actions du PCC portent sur un problème plus profond que le virus. « Chaque pays a des maladies, mais en Chine, elles deviennent des urgences nationales et mondiales, car la vraie maladie ici, c’est le communisme », a déclaré M. Chang.

*Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti Communiste Chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.