Une journaliste chinoise emprisonnée pour avoir signalé l’apparition du virus poursuit sa grève de la faim

Par Rita Li
8 août 2021 08:17 Mis à jour: 8 août 2021 15:56

Zhang Zhan, une ancienne avocate et journaliste citoyenne de 37 ans, mesure 1,80 m mais pèse moins de 45 kg actuellement en raison d’une grève de la faim prolongée en prison.

Zhang, originaire de Shanghai, a été condamnée à une peine de quatre ans de prison en décembre 2020 pour avoir fait un reportage sur l’épidémie de virus du PCC en Chine. Le virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé nouveau coronavirus, provoque la maladie Covid-19.

Lors d’un récent appel téléphonique, Zhang a déclaré à sa mère qu’elle ne cesserait pas de protester tant que le tribunal n’aurait pas blanchi son nom.

En février 2020, lorsque le virus a commencé à se propager en Chine, Zhang s’est rendue à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie. Elle s’est rendue dans des hôpitaux locaux et des salons funéraires pour documenter et diffuser en direct la vie quotidienne des habitants de cette ville fermée.

Alors qu’elle se trouvait en première ligne de l’épidémie de Wuhan, Zhang a remis en question le bilan officiel des décès après avoir constaté que des incinérateurs fonctionnaient toute la nuit dans un salon funéraire local. Les autorités chinoises ayant l’habitude de sous-déclarer les infections et de dissimuler des informations, il est difficile d’évaluer l’ampleur réelle de l’épidémie actuelle.

Zhang a également publié sur les médias sociaux une photo montrant un habitant de Wuhan âgé de 80 ans recevant des denrées alimentaires limitées deux fois en 40 jours.

Ses publications sur les médias sociaux ont été largement diffusées, ce qui lui a valu des ennuis avec les autorités.

Elle a été arrêtée à Shanghai en juin 2020 pour avoir « cherché querelle et provoqué des troubles », un chef d’accusation vaguement défini et souvent utilisé contre les dissidents politiques. La prison a interdit à ses parents de lui rendre visite. Zhang a ensuite été détenue à la prison pour femmes de Shanghai.

Le 2 août, la mère de Zhang, nommée Shao, a eu des nouvelles de sa fille pour la première fois depuis six mois. Shao a appris que Zhang était hospitalisée depuis le 31 juillet pour cause de malnutrition, conséquence d’une grève de la faim. Le médecin a déclaré que la partie inférieure de son corps était gravement enflée. Ils attendent les résultats des tests médicaux.

La mère a essayé de persuader sa fille de manger normalement, mais Zhang a refusé, insistant sur le fait qu’elle continuerait sa grève de la faim pour prouver son innocence.

Un militant prodémocratie (G) tient une pancarte avec la photo de l’ancienne avocate Zhang Zhan devant le bureau de liaison du gouvernement central chinois à Hong Kong, le 28 décembre 2020. (Anthony Kwan/Getty Images)

Zhang avait fait une grève de la faim avant son procès et s’est présentée au tribunal en fauteuil roulant le 28 décembre 2020.

Les fonctionnaires l’ont une fois nourrie de force avec une sonde d’alimentation par le nez pendant sa détention ; le processus était douloureux, a déclaré Zhang à son avocat.

Cette photo non datée montre un résident de Wuhan âgé de 80 ans recevant des denrées alimentaires limitées pendant le confinement à Wuhan, en Chine. (Avec l’aimable autorisation de Zhang Zhan)

La suppression par le régime chinois de la couverture médiatique indépendante de l’épidémie a freiné les reportages de Zhang. Les autorités ont un jour suspendu son compte WeChat et l’ont obligée à rester à l’hôtel.

« C’était le moment le plus douloureux pour moi », a-t-elle confié à Epoch Times en mars 2020. Zhang est la première journaliste citoyenne connue à être condamnée pour avoir contesté le récit du Parti communiste chinois sur l’épidémie.

Zhang avait déjà été détenue en 2019 pour avoir exprimé publiquement son soutien au mouvement démocratique de Hong Kong.

Le médecin lanceur d’alerte Li Wenliang a été parmi les premières personnes à rendre publiques des informations sur une mystérieuse épidémie de pneumonie virale à Wuhan le 30 décembre 2019 – un jour avant que les responsables locaux de la santé ne tiennent une réunion d’urgence et annoncent la nouvelle de l’épidémie. La police l’a réprimandé, ainsi que sept autres professionnels de la santé, pour avoir diffusé des « rumeurs » en ligne. Li a contracté le virus et est décédé le 7 février 2020.

Le régime chinois a réprimé et détenu d’autres journalistes citoyens pour avoir couvert l’épidémie de Wuhan, notamment Chen Qiushi, Li Zehua et Fang Bin.

Fang avait filmé huit corps transportés depuis un hôpital de Wuhan le 1er février 2020.

« Tant que je serai ici, je ferai des vidéos », avait-il déclaré sur les médias sociaux, bien qu’il était harcelé et intimidé par les autorités à l’époque. Quelques jours plus tard, Fang a été arrêté par la police locale et n’a plus donné signe de vie depuis.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.