Ses parents biologiques avaient tout fait pour l’avorter, elle dit que Dieu l’a aidée à pardonner

Une femme passe de la colère à la compassion envers ses parents biologiques
Par Louise Chambers
20 juin 2022 16:16 Mis à jour: 20 juin 2022 16:16

Qualifiant l’utérus de sa mère biologique d' »endroit le plus effrayant du monde », une femme qui a survécu à de multiples tentatives d’avortement a choisi le pardon, avec l’aide de ses parents adoptifs qui lui ont appris à faire preuve de miséricorde en ayant foi en Dieu.

Dawn Milberger, âgée de 55 ans, vit dans la région centrale des collines du Texas avec son mari depuis 21 ans. Elle savait qu’elle était une enfant adoptée, mais à 18 ans elle a découvert qu’elle était aussi une survivante de l’avortement. Dawn Milberger a expliqué à Epoch Times avoir choisi de pardonner après avoir réalisé que le chemin de la rancune, chargé de ressentiment, ne mène qu’à plus d’amertume, rendant le rancunier inutile aux yeux du Créateur.

« Il ne peut pas nous utiliser si nous ne pouvons pas pardonner. La rancune ne peut pas être dans le même royaume, dans la même pièce, ni dans la même salle du trône que notre Créateur. Ce que j’ai appris au fil des ans, c’est que la paix, la confiance et le pardon sont tous liés », a-t-elle dit.

« Ce n’est pas tous les jours que vous entendez dire que quelqu’un a tenté de mettre fin à votre vie pendant sept mois, alors que vous êtiez le plus vulnérable. Mais ce n’est pas nouveau pour Dieu. Ce n’est pas nouveau pour notre Créateur. Il le savait depuis le début. Il s’agit de sa miséricorde, de son désir de nous pardonner et de la façon dont nous mettons cela en pratique ici sur cette terre. »

Dawn parle publiquement de la survie à l’avortement, du pardon et de la beauté de l’adoption depuis près de trois décennies. Elle dit que les gens sont souvent surpris de savoir qu’il existe même quelque chose comme « survivant d’une tentative d’avortement ».

« Lorsque vous leur dites que vous êtes une survivante d’une tentative d’avortement, 9 fois sur 10, la réaction est la suivante :Je ne savais pas que cela existait !’ » dit-elle. « Habituellement, ma réponse est la suivante : ‘Eh bien, vous ne pouvez plus dire cela, vous êtes au courant de notre existence maintenant, et nous sommes des dizaines de milliers dans le monde’. Nous sommes étiquetés comme des avortements ratés. C’est un peu choquant pour les gens. Cela donne une réalité différente aux gens. »

Une photo non datée de Dawn Milberger (Avec l’aimable autorisation de Dawn Milberger)
(Avec l’aimable autorisation de Dawn Milberger)

Une vraie maman

La mère adoptive de Dawn lui a assuré qu’elle était sa « vraie maman ». Ses parents, avec leur sagesse ancrée dans la foi, ont entretenu des discussions adaptées à son âge pour l’aider à comprendre qu’elle avait été adoptée. Ma mère m’a dit : « Tu es notre poupée, à ton père et à moi. Quelqu’un t’a donnée et tu es à nous maintenant », se souvient Dawn, qui avait 5 ans lorsque sa mère lui a dit.

« J’ai toujours su que j’étais adoptée », dit-elle. « J’ai un frère aîné qui est adopté lui aussi. Cela n’a jamais été un secret, on ne garde jamais ce qui est bon en secret. Ma mère et mon père ont toujours mis un point d’honneur à donner une tournure positive à la situation, à nous faire connaître le vieil adage ‘Vous avez été choisis.' »

Ses parents ont toujours encouragé leurs enfants à prier pour leurs mères biologiques, dont le « renoncement sacrificiel » à leur égard avait rendu leur famille possible. « Nous ne disions que du bien d’elles. Cet encouragement a contribué à façonner le respect et l’honneur pour nos parents biologiques », a dit Dawn.

Ma mère disait toujours : « Certaines femmes sont des mamans, d’autres sont des contenants, d’autres sont les deux et d’autres ne sont ni l’un ni l’autre. Ma mère biologique et la mère biologique de mon frère étaient des contenants choisis par Dieu pour nous amener ici sur cette terre ; notre mère était appelée à nous faire parcourir le reste du chemin. »

La toute première photo de Dawn Milberger prise le jour où elle a rejoint sa famille pour toujours, quelques heures seulement après avoir quitté le foyer d’adoption, le 3 janvier 1968. (Avec l’aimable autorisation de Dawn Milberger)
La petite Dawn Milberger avec sa mère adoptive et son frère le 3 janvier 1968 ; (à dr.) Avec son père adoptif (Avec l’aimable autorisation de Dawn Milberger)

« J’ai fait tout ce que j’ai pu pour essayer de mettre fin à ta vie »

Lorsque Dawn a eu 18 ans, elle a dit à ses parents adoptifs qu’elle aimerait retrouver ses parents biologiques. Avec leur soutien, elle a contacté son agence d’adoption, qui a organisé une réunion en février 1986.

Ses parents biologiques lui ont dit que la grossesse avait été la « preuve » de leurs mauvais choix. Ils ne cessaient pas de me dire : « Nous ne pouvions pas faire honte à nos familles. Tu étais le jugement de nos décisions prises en secret. Tu étais la preuve de notre péché. Tu étais la preuve de nos choix, tu ne pouvais pas exister », se souvient-elle.

L’une des premières déclarations de la mère biologique de Dawn a été de demander son pardon. Sa mère biologique lui a dit : « J’ai essayé de me débarrasser de toi (…) Je ne voulais pas être enceinte. Je ne voulais pas avoir l’air enceinte. Je ne voulais pas perdre mon emploi. Je ne voulais pas faire honte à ma famille. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour essayer de mettre fin à ta vie. »

La mère biologique de Dawn avait demandé l’aide d’une amie, une infirmière, qui a volé des médicaments dans le cabinet de son médecin et lui a administré des injections pour tenter d’avorter le bébé à naître. Comme cela n’a pas fonctionné, la femme a eu recours à des tentatives plus grossières.

« Mon père biologique, qui était dans la pièce, s’est levé et a dit : ‘Je dois aussi te demander pardon. J’ai utilisé son ventre comme un ‘punching-ball’ pour te faire descendre. Je lui faisais faire de dures promenades en la portant sur mon dos, j’ai poussé et poussé et fait tout ce que j’ai pu faire sans la blesser pour mettre fin à ta vie' », s’est-elle souvenue.

La compassion et le pardon

Grâce à « l’amour puissant et à la sagesse » de ses parents adoptifs, Dawn a appris à gérer ces révélations douloureuses. Se souvenant de la douleur et de la « colère orgueilleuse » qui bouillonnaient dans son cœur, l’adolescente a interrogé sa mère, lui demandant pourquoi elle devait souffrir à cause des décisions de ses parents biologiques.

« Ma précieuse maman a vu le chemin de la colère que je suivais. Elle a pointé du doigt et a dit : ‘Arrête-toi là. Je t’aime trop pour te laisser prendre ce chemin' », a dit Dawn.

Une leçon cruciale pour Dawn est venue des paroles suivantes de sa mère : « Je suis blessée, mais je ne suis pas en colère. » Sa mère lui a dit que, le jour de la réunion, Dawn était assise à écouter « deux personnes en quête de miséricorde », qui couraient le risque d’être rejetées par elle en racontant comment ils avaient essayé de l’avorter.

« Elle m’a enseigné la différence », se souvient Dawn. Elle m’a dit : « Cela ne te montre-t-il pas à quel point ils étaient éloignés du Seigneur à ce moment-là de leur vie ? Cela ne te brise-t-il pas le cœur ? Que vas-tu faire avec ça ? »

« Lorsqu’elle a réorienté ma pensée [en disant] : ‘Tu as deux personnes qui cherchent la miséricorde, tu ferais mieux de faire très attention à la façon dont tu répondras à cela.’ Un sentiment écrasant de compassion m’a envahi pour eux. J’ai été immédiatement redirigé de la colère orgueilleuse de ma douleur vers la compassion pour ces deux personnes qui ont passé tout ce temps à essayer de me tuer. C’était donc une énorme leçon de pardon et de miséricorde. »

Dawn Milberger avec sa famille adoptive en 1972 (Avec l’aimable autorisation de Dawn Milberger)

Dawn dit que son témoignage aujourd’hui porte moins sur elle-même que sur la puissance de Dieu, qui l’a maintenue en vie et lui a enseigné la miséricorde.

« Il ne s’agit pas de rejeter la douleur qui a été causée, j’ai choisi de remettre cette douleur entre les mains de Dieu. Lui et moi allons la gérer, mais je ne tiendrai pas rigueur à [mes parents biologiques]. Cela a donc été une expérience extraordinaire pour apprendre à pardonner, puis pour enseigner le pardon par le témoignage », a-t-elle dit.

Le pouvoir de la foi

Dawn a toujours eu le sentiment que Dieu l’a toujours protégée, tout au long de sa vie. À l’âge de 6 mois, sa grand-mère l’a trouvée bleue en détresse respiratoire ; elle a failli perdre son sang à deux reprises à cause de deux amygdalectomies bâclées ; et elle a été renversée par des conducteurs ivres trois fois en deux ans.

« J’ai été agressée sexuellement, battue et étranglée, et je suis morte ; j’ai quitté mon corps et j’ai assisté à l’agression sexuelle d’un violeur et meurtrier en série, puis lorsqu’il a lâché ma gorge, je suis rentrée dans mon corps. Je lui ai envoyé une lettre de pardon en prison », a-t-elle dit. « Puis j’ai reçu un diagnostic d’une forme rare de dystrophie musculaire et on m’a donné deux ans à vivre. »

Depuis 1993, Dawn reçoit des immunoglobulines intraveineuses (IVIG) pour renforcer son système immunitaire, mais elle n’en veut pas à ses malheurs ; ses parents tenaient à ce qu’elle n’adopte pas une mentalité de victime. Plus elle apprenait à connaître Dieu, plus il lui était facile de pardonner.

« J’ai peut-être été victime à un moment donné, mais je ne suis pas une victime. Je suis un vainqueur », a-t-elle expliqué. « Le pardon n’est pas un sentiment, c’est un processus. »

« Vous ne pouvez pas avoir la paix de Dieu tant que vous n’avez pas la paix avec Dieu. »

Remise des diplômes du lycée, 1986 (Avec l’aimable autorisation de Dawn Milberger)

Des parents vertueux

Élevée avec la « bonne sagesse du Sud » par des parents adoptifs plus âgés que ceux de ses pairs, Dawn attribue aux expériences de vie de ses parents le mérite d’avoir contribué à sa force en tant qu’adulte, en particulier celle de son père.

Lorsque le père de Dawn avait 9 ans, il a perdu sa mère d’une attaque soudaine dans son sommeil. Son père est décédé cinq ans plus tard. Cette tragédie l’a envoyé vivre à la Boys Town du père Flannigan à Omaha, dans le Nebraska, jusqu’à l’obtention de son diplôme d’études secondaires. Après avoir servi pendant la guerre de Corée, il a obtenu un diplôme de l’université d’Alabama et a trouvé un emploi à Houston, où il a rencontré sa future femme lors d’une rencontre de célibataires à l’église.

Ils se sont mariés six mois plus tard, mais lorsqu’ils ont voulu fonder une famille, ils n’ont pas réussi à concevoir. « L’un de leurs médecins a évoqué l’adoption », a dit Dawn. « C’était un moment ‘aha’ pour papa ; il savait quelle était sa voie. »

Par l’intermédiaire de l’université de Houston, le père de Dawn a également ouvert leur maison familiale aux étudiants qui n’avaient nulle part où aller pendant les vacances. Au sujet des personnes qu’ils ont accueillies, Dawn a mentionné : « Nous sommes liés à jamais grâce à l’hospitalité dont mon père a fait preuve. »

La mère de Dawn a développé la maladie d’Alzheimer et est décédée le 6 février 2010. Son père est décédé le 10 octobre 2019 d’un cancer du poumon. Ils ont été mariés pendant 50 ans.

Aujourd’hui, leur héritage se perpétue à travers le témoignage de Dawn.

« J’ai commencé à partager dans mon église locale où j’ai grandi », explique-t-elle. « Il y avait d’autres enfants dans mon groupe de jeunes qui avaient été adoptés. Le pasteur que j’avais eu dans ma jeunesse est venu et m’a demandé si je pouvais leur parler, aider à les réorienter avec la direction que j’avais reçue de mes parents adoptifs ; j’ai pu guider mes pairs avec les mêmes paroles. »

Aujourd’hui, le témoignage de Dawn inclut son incroyable histoire avant la naissance.

Dawn et son mari n’ont pas d’enfants, mais partagent leurs passions pour le jardinage, la cuisine, les voyages et leur amour l’un pour l’autre. Ils sauvent et réhabilitent également des chiens provenant de refuges, « qui ne peuvent être adoptés ». Dawn a fondé Gotcha Ministries of Central Texas. Elle a placé sa confiance en Dieu pour rectifier les traumatismes de son passé et demande aux autres de faire de même.

« Vous ne trouverez pas de véritable paix tant que vous n’aurez pas fait confiance à Dieu », dit-elle. « Il réparera les torts. Vous devez apprendre à pardonner, non à oublier, et à aller de l’avant avec la nouvelle information que tout est déjà bien. Laissez-Le s’occuper de la justice. »

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.