Biden déclare que l’oppression des Ouïghours par le PCC équivaut à un génocide

Par Isabel van Brugen
27 janvier 2021 20:02 Mis à jour: 27 janvier 2021 20:02

Le président Joe Biden estime que le régime chinois a commis un « génocide » et des « crimes contre l’humanité » contre les musulmans ouïghours dans la région de Xinjiang – une désignation qui avait été utilisée par l’administration Trump un jour avant l’inauguration présidentielle.

« Le président Biden a qualifié l’oppression des Ouïghours de génocide, et il s’y oppose dans les termes les plus forts possibles », a déclaré Emily Horne, porte-parole du Conseil national de sécurité, au Washington Examiner.

L’administration Trump avait pris cette décision à la veille de l’inauguration de Biden, marquant ainsi une autre mesure sévère pour condamner les graves violations des droits de l’homme commises par le Parti communiste chinois (PCC) au niveau national.

L’administration a également déterminé que le PCC avait commis des crimes contre l’humanité dans la région, citant la détention par Pékin de plus d’un million de Ouïghours et d’autres minorités ethniques ou religieuses, et des autorités soumettant la population au travail forcé, à la stérilisation forcée et à la torture.

Selon les Nations unies, le génocide est « l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux ».

Bien que cette désignation ne soit pas assortie de sanctions automatiques, elle constitue une étape inhabituelle pour le gouvernement fédéral, qui a toujours hésité à prendre des mesures contre un partenaire commercial important. La désignation pourrait maintenant voir davantage d’entreprises et de pays faire pression sur la Chine pour qu’elle fasse preuve de transparence dans son traitement des minorités.

Le secrétaire d’État désigné par M. Biden, Anthony Blinken, avait, quelques jours avant la confirmation par Mme Horne de la position du président, déclaré qu’il était d’accord avec la désignation de « génocide ». Il a déclaré le 19 janvier qu’il pensait que l’ancien président Donald Trump avait correctement adopté une approche plus dure à l’égard du régime chinois, et a approuvé l’évaluation de l’administration selon laquelle le Parti communiste chinois (PCC) a commis un génocide dans le Xinjiang.

« Ce serait également mon jugement », a déclaré M. Blinken, lorsqu’on lui a demandé s’il était d’accord avec l’évaluation faite par le secrétaire d’État sortant, Mike Pompeo, sur les actions du PCC.

« Je pense que nous sommes tout à fait d’accord », a-t-il dit. « Le fait de forcer des hommes, des femmes et des enfants à entrer dans des camps de concentration, d’essayer de les rééduquer pour qu’ils adhèrent à l’idéologie du Parti communiste chinois, tout cela témoigne d’un effort de génocide. »

La Chine nie les accusations américaines de violations des droits de l’homme. Cependant, la répression de Pékin dans le Xinjiang, perpétrée à travers son réseau de camps d’internement et son système de surveillance de masse, a suscité une condamnation internationale.

Le programme de stérilisation massive des femmes ouïghoures par le PCC, ainsi que d’autres violations des droits de la population ouïghoure, ont été bien documentés.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.