L’ancien sénateur et ministre Didier Guillaume nommé au gouvernement de Monaco

Par Epoch Times avec AFP
10 juin 2024 13:46 Mis à jour: 10 juin 2024 15:00

Didier Guillaume, ancien sénateur socialiste puis ministre de l’Agriculture d’Édouard Philippe (2018-2020), deviendra en septembre le nouveau ministre d’État de Monaco, chargé de diriger le gouvernement de la principauté, a annoncé le gouvernement monégasque dans un communiqué.

M. Guillaume prendra ses fonctions le 2 septembre, en remplacement de Pierre Dartout, ancien préfet qui termine son mandat de quatre ans.

Le gouvernement monégasque, non issu des urnes, présente au prince des projets de lois et assure l’administration de la principauté située en bord de Méditerranée. Traditionnellement détaché par la France, le ministre d’État est nommé par le prince, qu’il représente.

Âgé de 65 ans, Didier Guillaume a accumulé les mandats dans son département de la Drôme : maire de Bourg-de-Péage (1995-2004), président du Conseil général de la Drôme (2004-2015) puis sénateur (2008-2018). Spécialisé dans les questions agricoles, cet ancien fidèle de François Hollande, puis de Manuel Valls a finalement accédé à un portefeuille gouvernemental sous Emmanuel Macron, en étant chargé de l’Agriculture en 2018.

Auparavant, ce passionné de rugby avait été pressenti pour prendre la tête du comité d’organisation de la Coupe du monde 2023. Il y avait renoncé, la fonction étant essentiellement honorifique et donc bénévole. Après son départ du gouvernement en juillet 2020, il était devenu membre de la Ligue nationale de rugby et conseiller du président sur les affaires publiques.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT