Le risque d’admission en soins intensifs ou de décès est inférieur de 83 % chez les cas Omicron par rapport aux cas Delta

Par Mimi Nguyen-ly
9 janvier 2022 13:13 Mis à jour: 9 janvier 2022 13:19

Une étude canadienne vient confirmer le nombre croissant des informations qui suggèrent que le variant Omicron Covid-19 est beaucoup moins dangereux que le variant Delta. Les chercheurs ont constaté que le risque d’admission en unité de soins intensifs ou de décès est inférieur de 83 % chez les cas Omicron par rapport aux cas Delta.

L’étude, publiée sur medRxiv avant son examen par des pairs et mise à jour le 2 janvier, a révélé que le risque global d’hospitalisation était inférieur de 65 % pour Omicron par rapport à Delta.

« Nos résultats vont dans le sens de ceux obtenus en Afrique du Sud, en Écosse et en Angleterre, qui ont tous démontré une diminution substantielle du risque d’hospitalisation dû à Omicron », ont écrit les auteurs.

La souche Omicron Covid-19 « semble être moins dangereuse pour les personnes vaccinées et non vaccinées », mais même si c’est le cas, « le nombre absolu d’hospitalisations et l’impact sur le système de soins de santé seront probablement importants en raison du grand nombre d’infections Omicron ».

Les résultats sont basés sur une étude de cohorte jumelée avec des cas recensés dans l’Ontario canadien, mis en parallèle selon le sexe, l’âge, le statut vaccinal, la région sanitaire et la date d’apparition. Sur les 29 594 cas Omicron qui étaient éligibles pour l’étude, les chercheurs ont pu mettre en correspondance 11 622 cas avec au moins un cas Delta.

Parmi les cas Omicron comparés il y avait 59 hospitalisations (0,51 %) et trois décès (0,03 %) ; quant aux cas Delta mis en correspondance,  221 hospitalisations (1,6 %) et 17 décès (0,12 %).

« Notre étude présente certaines limites, en particulier la courte durée du suivi et les erreurs de classification potentielles dues aux résultats fortuits du dépistage lors de l’admission à l’hôpital, ainsi qu’un suivi incomplet de la santé publique au fur et à mesure que l’incidence augmente », ont déclaré les auteurs.

Une étude sud-africaine publiée le 28 décembre a montré que la dernière vague de Covid-19, dont on présume que la majorité des admissions sont dues à Omicron, présentait un taux de mortalité en hôpitaux de 4,5 %, contre 21,3 % pour les autres souches. Les admissions en soins intensifs étaient de 1 %, contre 4,3 % pour les vagues précédentes. Moins de la moitié – environ 45 % – des admissions à l’hôpital ont nécessité un apport supplémentaire d’oxygène, contre 99,5 % lors de la première vague de Covid-19.

Une analyse récente du Royaume-Uni, publiée le 23 décembre, a montré que le risque d’hospitalisation avec Omicron est jusqu’à 70 % inférieur à celui de Delta. Une étude menée en Écosse, publiée le 22 décembre, a révélé une réduction de deux tiers du risque d’hospitalisation pour le Covid-19 avec Omicron par rapport à Delta.

Selon Santé publique France plus de 300 000 cas Omicron ont été recensés durant ces dernière 24 heures, ce qui représente une hausse de 38 % en une semaine.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.