Un enseignant d’un lycée catholique à Angers mis en examen pour avoir parlé de religions

Par Sarita Modmesaïb
17 décembre 2021 08:32 Mis à jour: 17 décembre 2021 10:50

Un enseignant d’un lycée professionnel catholique d’Angers a été mis en examen le 10 décembre dernier pour « incitation à la discrimination raciale ou religieuse »

Après une garde à vue de 24 heures, cet enseignant a été renvoyé en correctionnelle.  Il est poursuivi pour « incitation à la discrimination raciale ou religieuse », « harcèlement moral » et « dénonciation mensongère ».

Il avait, au préalable, été suspendu « à titre conservatoire » pour quatre mois par le directeur du lycée professionnel Joseph-Wresinski, un établissement privé sous contrat.

Cette mise en examen fait suite à la plainte d’un élève déposée début décembre, explique le procureur de la République à Angers, Eric Bouillard.

Ce dernier avait été amené à traiter deux plaintes croisées, les 2 et 3 décembre. L’une était signée par un élève de 16 ans et ses parents, de confession musulmane, accusant ce professeur d’avoir « invité » les élèves musulmans à « changer » de religion. L’autre plainte provenait du professeur d’éco-gestion qui estime avoir été victime de violences de la part de cet élève.

Sur Le Monde, l’enseignant de 51 ans relate les faits, plaidant un trait d’humour mal placé : « J’enseigne le droit et l’histoire juridique qui est beaucoup rattachée au catholicisme et à la chrétienté. Une élève me dit qu’il n’y a pas de religion en France, que la seule qui existe c’est la laïcité. Je lui rappelle qu’on est dans un établissement catholique, qu’à une époque des prêtres et des sœurs enseignaient à ma place et que les élèves étaient catholiques. Et, au second degré, je dis que si des musulmans le veulent, ils peuvent nous rejoindre ».

« L’humour n’est pas bien passé », reconnaît-il sur Le Courrier de l’Ouest.

Le directeur du lycée explique avoir déjà tenté d’alerter l’enseignant : « Il ne s’en cache pas, il reconnaît être dans la provoc pour susciter le débat. Je l’ai déjà mis en garde sur l’humour en classe. Ce qui va passer avec des adultes ne passe pas forcément avec des ados. »

Ainsi, ce « trait d’humour » lui a valu d’être placé sous contrôle judiciaire avec « interdiction d’exercer la profession d’enseignant », selon M. Bouillard.

L’enseignant comparaîtra le 4 mai devant le tribunal correctionnel.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.