Toulouse : blocage d’un dépôt essence par des manifestants pour dénoncer la hausse du prix des carburants

Par Emmanuelle Bourdy
11 mars 2022 21:39 Mis à jour: 11 mars 2022 21:39

Ce mardi 8 mars 2022 à Toulouse, des manifestants ont bloqué le dépôt essence ESSO pour dénoncer la hausse du prix du carburant. L’invasion des troupes russes en Ukraine est à l’origine de cette subite augmentation.

À 6 heures du matin ce mardi 8 mars, une vingtaine de personnes se sont rassemblés devant le dépôt essence Esso de Fondeyre, à Toulouse, pour manifester contre la flambée des prix des carburants, rapporte France 3 Occitanie. Le rassemblement avait été lancé via la page Facebook Résistancetolosa et des images de cet événement ont été postées.

« Nous ne sommes pas responsables de la politique de prix des carburants »

Le petit groupe présent ce 8 mars a indiqué avoir les moyens de « rester mobilisés plusieurs jours ». Au milieu des banderoles et des palettes installées pour l’occasion à l’entrée du dépôt, les manifestants comptent en effet rester « tant qu’il le faudra » et espèrent que leurs revendications seront prises en compte par l’État.

Catherine Brun, la responsable de communication chez ESSO, tient à souligner : « Nous ne sommes pas responsables de la politique de prix des carburants », précisant encore : « Nous traitons avec des revendeurs qui vendent sous leur marque, nous ne fixons pas les prix du carburant. » L’entreprise Esso assure néanmoins qu’elle « respecte le droit des manifestants », précise France 3.

De son côté, le gouvernement a annoncé que des mesures rapides seraient prises, afin d’améliorer l’accompagnement sur l’essence.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.