Une jeune fille nommée Jasmine, le visage afghan de la charia

Une jeune fille de 13 ans au plus, lapidée à mort. Un vétérinaire évoque le cauchemar de la peine capitale infligée par la charia.

Par Clay D.
22 novembre 2023 19:48 Mis à jour: 22 novembre 2023 19:48

J’avais beaucoup entendu parler de la lapidation. Je pensais que ce serait un jour comme les autres. Nous nous sommes assis et avons regardé, regardé. Nous étions assis au-dessus du village qu’ils appelaient leur maison, pour une SR (mission spéciale de reconnaissance) comme il n’y en avait jamais eu auparavant.

Je n’ai jamais su ton nom — je t’appelle Jasmine juste pour mettre un nom sur un visage. C’est normal puisque je t’ai rencontrée au Moyen-Orient et que je t’ai bien observée depuis un endroit où nous ne pouvions pas être vus. Comme des anges gardiens, nous sommes restés assis là à te regarder saigner. Nous t’avons regardée te battre pour ce qui est une croyance commune, un droit que beaucoup considèrent comme acquis.

Une image vaut mille mots, on se demande s’ils ont vu ce que les nuances de gris cachaient ? Tu n’avais pas plus de 13 ans, une jeune fille du village, entourée des autres. Des hommes vêtus de noir, dont l’un se tenait au-dessus de tous. C’est lui qui dirigeait, Bobby et moi l’avons compris. Nous avons pris des photos de son visage et les avons envoyées, en espérant qu’un jour nous pourrons le renvoyer en enfer.

Jusqu’à ce jour, je n’ai jamais su quel était ton véritable crime. La lecture ? Écrire ? Peut-être simplement t’amuser ? Tu as été jetée au sol comme un chiffon qui ne valait rien. Le premier coup est venu d’un jeune homme d’à peu près ton âge, l’impact que j’ai entendu a résonné plus fort pour moi que pour Bobby. Le sang a giclé sur le soleil, échouant sur la première poussière qui se déposait. Je ne saurais dire comment tu as survécu au premier coup, j’aurais préféré que tu meures plutôt que d’entendre ce cri.

Les 15 minutes suivantes ont été les pires. Pierre après pierre, ils passaient et frappaient ta pauvre âme. Des flaques de sang avaient déjà commencé à se former. S’infiltrant dans la terre, elles se transformaient en un gris/rouge terne qui nourrissait la chair de l’inconnu. Nous étions assis et regardions, enregistrant chaque seconde. Si impuissants et si désespérés, à cause de vos lois. La charia autorisera toujours cela.

Pendant des années, je ne me suis pas souvenu, je me suis caché dans un trou sombre, sombre. Jusqu’à ce que j’entende une histoire similaire et que tout me revienne à la figure. Assis dans la voiture, je pleurais, me demandant d’où tout venait, où tout allait. J’ai vu une jeune fille se faire lapider, au sens biblique du terme, jusqu’à ce qu’elle ne crie plus. Son souffle a alimenté le vent de la mort qui emportait tout sur son passage. Son sang s’est infiltré dans la terre que des centaines de personnes avaient déjà nourrie. C’est l’Afghanistan, garçons et filles, et c’est pour cela que j’ai parfois eu un pistolet sous la gorge.

Cet article a été initialement publié par le Havok Journal.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT