À nos chères futures générations : ces bonnes manières étaient courantes autrefois

Par À nos chères futures générations
3 novembre 2021 20:30 Mis à jour: 3 novembre 2021 20:30

Certaines bonnes manières, autrefois considérées comme communes, mais essentielles, étaient enseignées aux enfants. Elles semblent se perdre aujourd’hui, tant chez les enfants que les adultes, et elles me manquent. J’en énumère quelques-unes ci-dessous.

1. Si vous dites que vous serez là, soyez là, même s’il se présente quelque chose de mieux.

2. Si vous dites que vous allez faire quelque chose, faites-le, en temps voulu. Peu importe de quoi il s’agit, donnez le meilleur de vous-même. Les gens comptent sur vous.

3. Soyez honnête et non sournois, trompeur ou complice. Le silence n’est pas de l’honnêteté.

4. Passez du temps avec les gens que vous aimez, sans projets qui vous feront partir trop tôt. Sans appareils électroniques. Soyez pleinement engagé avec les autres.

5. Si vous ne pouvez pas vous permettre d’acheter quelque chose, ne l’achetez pas. Si vous avez des problèmes financiers, vous deviendrez un poids pour les autres qui se sentiront obligés de vous renflouer. Discernez les besoins des envies.

6. Un vieil adage dit : « Le manque de planification de votre part ne doit pas devenir une urgence pour moi. » Ne vous attendez pas à ce que les autres se plient en quatre si vous ne planifiez ni ne vous préparez correctement.

7. Souvenez-vous des jours et des événements importants. Anniversaires, remises de diplômes, fêtes, mariages, funérailles. Les autres sentiront que vous tenez à eux.

8. Prenez du temps pour ce qui est important. Le développement spirituel, le plaisir, les gens, apprendre de nouvelles choses.

9. Enlevez le système de messagerie de votre téléphone si vous ne prévoyez pas de retourner les appels.

10. Soyez gentil, écoutez le point de vue des autres, dites « s’il vous plaît », « merci » et « je suis désolé ».

Sincèrement

Linda Gangolf

___

Lorsque j’ai obtenu mon diplôme du lycée de Windsor, dans le Missouri, en 1959, ma mère, qui était fière de moi, m’a dit : « Le monde t’appartient. Tu peux faire tout ce que tu veux si tu fais toujours de ton mieux avec ce que tu as sur le moment. »

Les mots « sur le moment » signifiaient vraiment « tous les jours », et « pour le reste de ma vie ». Elle voulait que je reste concentré.

LTC (Ret) Dewey A. Browder, Ph.D., Tennessee

___

Lorsque je mets mes mains devant moi, mes dix doigts me rappellent de passer du temps avec mon père et de passer du temps avec ma mère. C’est si important à cette époque de technologies où les smartphones et les jeux vidéo peuvent prendre tout notre temps. Pire encore, ils contribuent à nous faire croire que nos parents seront toujours là.

En tant qu’homme de 66 ans, j’ai toujours mes parents. Je peux encore les apprécier et apprendre beaucoup d’eux. Pourquoi ? Parce que je passe du temps avec eux. Il n’en a pas toujours été ainsi lorsque, plus jeune, nous partagions le même toit. Il y avait toujours quelque chose qui m’empêchait de les voir. Je me sens vraiment béni de les avoir encore près de moi. Surtout aujourd’hui, je les apprécie en tant que mari, père et grand-père. Chérir le temps passé avec ma mère et mon père m’encourage à passer plus de temps avec ma propre famille. Encore aujourd’hui, lorsque j’utilise mes mains pour faire des choses à la maison ou toutes autres tâches pour lesquelles j’utilise mes doigts, comme écrire cette lettre, je m’en souviens.

Voici donc mon conseil : lorsque vous envoyez des SMS, jouez à des jeux vidéo ou naviguer sur les médias sociaux, n’oubliez pas de mettre vos mains devant vous.

Victor D. Silva, Californie

_____________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez-nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du Château des Rentiers, 75013 Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.