Le véritable amour : des amoureux du lycée séparés par le racisme se retrouvent 43 ans plus tard

Un couple interracial d’amoureux a dû se séparer en raison de la pression sociale à la fin des années 1960. Aujourd’hui, finalement réuni avec sa petite amie après 43 ans, cet homme sent qu’il a enfin la certitude de ne plus avoir à repartir.

Le jour où Howard Foster, de Columbus (Ohio, États-Unis), a retrouvé sa copine du lycée Myra Clark, dans le parc Sharon Woods, il savait qu’il ne commettrait pas l’erreur de la laisser partir à nouveau.

« C’était un rêve que je n’aurais jamais cru réalisable… mais elle était là », a raconté Howard à l’Associated Press.

Cela faisait plus de quarante ans que Howard avait rompu avec Myra pour une malheureuse raison : le racisme. Il s’est séparé de l’amour de sa vie, parce qu’il était noir et que Myra avait la peau blanche. La société de l’époque ne pouvait pas l’accepter.

Howard et Myra ont commencé à se fréquenter à la fin des années 1960, alors qu’ils étaient tous les deux dans la même classe au lycée Columbus West. Ils parlaient souvent ensemble au téléphone pendant des heures, jusqu’au petit matin. Cependant, le véritable amour est rarement simple et facile ; le couple a dû faire face à la forte tension raciale de l’époque.

Howard pensait qu’il pourrait supporter la pression des préjugés, mais il avait tort. Après avoir obtenu son diplôme, il a souvent été victime de discrimination de la part des enseignants du Columbus Technical Institute simplement en raison de la couleur de sa peau.

Peu importe à quel point il s’acquittait bien de ses devoirs, ses enseignants ne lui donnaient qu’un « D » – l’équivalent de 11/20.

Howard devait donc réfléchir à deux fois à sa relation avec Myra.

« La société n’allait pas nous permettre d’être ensemble et elle n’aurait pas été heureuse… Elle se serait fatiguée des regards ; j’ai simplement pensé que ce serait injuste pour elle », se souvient Howard. « Son bonheur était la chose la plus importante [à mes yeux]. »

Il ne voulait pas que Myra affronte le même genre de préjugés que lui, alors il a pris la douloureuse décision de rompre avec elle.

Ils se sont dit au revoir et ne se sont jamais revus.

Cependant, Myra avait le sentiment qu’ils se reverraient. Et elle avait raison.

Après cette heureuse rencontre dans ce parc en 2013, rendue possible grâce à un ami commun, le couple, maintenant dans la soixantaine, ne s’est plus jamais séparé.

Le mariage interracial a été légalisé en Virginie à partir de 1967. Mais ce n’est que lorsque la société s’est ouverte davantage aux mariages interraciaux qu’Howard et Myra se sont mariés, en 2015.

Howard et Myra se tiennent la main avec amour chaque soir avant de s’endormir, essayant de rattraper une partie du temps perdu.

« Nous profitons l’un de l’autre ; nous profitons vraiment l’un de l’autre », a expliqué Howard. « Je suis parti une fois, je ne partirai plus jamais. »

Nous avons le ferme espoir qu’un jour, davantage de gens réaliseront qu’il est injuste de faire de la discrimination contre quelqu’un en raison de sa race ou de sa couleur de peau. Comme l’a écrit l’écrivain renommé Elie Wiesel, lauréat du prix Nobel : « Aucune race humaine n’est supérieure, aucune foi religieuse n’est inférieure. Tous les jugements collectifs sont incorrects. Seuls les racistes en font. »

 
VOIR AUSSI