Une adolescente se suicide après avoir été violée par des intimidateurs, sa mère trouve alors sa lettre bouleversante

Un parent veut toujours protéger ses enfants contre le monde extérieur et surtout des mauvaises choses que les autres adultes peuvent leur faire. Mais protéger les enfants contre les paroles et les actes cruels de leurs pairs peut être beaucoup plus difficile. Pour Linda Trevan, de Melbourne, en Australie, ce n’est pas seulement l’intimidation que sa fille Cassidy Trevan a endurée pendant des années qui a pesé lourd sur elle.

Elle avait l’impression qu’elle n’avait pas réussi à sauver la vie de sa fille.

Cassidy Trevan était une fille normale qui, sans raison particulière, a fait l’objet de brimades intenses de la part d’autres filles de son école alors qu’elle était en septième année. Pour la jeune Cassidy Trevan, la vie était si misérable qu’elle vivait dans la peur constante des intimidateurs, craignant même ce qui pourrait arriver si elle les rencontrait à l’extérieur de la maison.

« L’intimidation a commencé par des insultes et d’autres choses et elle s’est fait gifler une ou deux fois », a déclaré Linda Trevan à 9 News à Melbourne. Comme si ce n’était pas suffisant, les intimidateurs ont continué à harceler Cassidy Trevan dans les magasins de la ville et sur les médias sociaux. Leur maison a même été vandalisée.

Après avoir été retirée de l’école pendant un semestre par sa mère, Cassidy Trevan, qui avait 13 ans à l’époque, a reçu un soutien psychologique et a pu reprendre confiance en elle pour pouvoir retourner à l’école. Ses anciennes harceleuses semblaient aussi avoir changé, lui offrant leur amitié et l’invitant même à assister à un festival de musique avec eux.

Cassidy Trevan espérait que son long cauchemar était terminé, mais en fait, il ne faisait que commencer.

Mais quand Cassidy Trevan est arrivée, il n’y avait pas de festival, seulement un piège malsain et bouleversant. Ses harceleuses étaient là avec trois garçons et ils l’ont maintenue à terre et l’ont violée. « Cass ne connaissait pas ces garçons plus âgés. Deux filles étaient assises et attendaient. Deux garçons l’ont partagée et se sont chronométrés. Un garçon gardait la porte d’entrée », dit sa mère à 9 News.

Pire encore, cet horrible acte de violence semblait rester totalement impuni et les jeunes intimidatrices continuaient à harceler Cassidy Trevan, comme si le viol collectif qu’elles avaient organisé n’était pas assez méprisable. La police de Victoria voulait une déclaration de Cassidy Trevan pour donner suite à l’agression, mais l’adolescente était tellement traumatisée qu’elle ne pouvait pas le faire.

Comme sa mère l’a dit à 9 News, « Cass avait peur de faire une déclaration formelle par crainte de représailles de la part du gang, et elle craignait aussi qu’en revivant ça, ‘ça la pousserait à bout.’ » Même sans donner de noms, Cassidy Trevan a quand même dû vivre avec le harcèlement.

Linda Trevan « a dû obtenir une ordonnance [d’éloignement] à l’encontre de la principale intimidatrice quand elle a agressé physiquement Cass dans les magasins, après le viol, et elle a même appelé [son] portable pour demander à lui parler. »

Pour l’adolescente, cette période a été tout simplement infernale. Elle pouvait à peine se lever le matin et ne voulait certainement pas s’approcher de l’école ou même sortir en public de peur de rencontrer ses bourreaux. Comme sa mère l’a dit sur Facebook, « elle a souffert de flash backs du crime, de cauchemars, d’insomnie, d’anxiété de séparation, de crises de panique, de syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et pire, de la détérioration de sa santé mentale. »

Bien que sa mère ait fait tout ce qu’elle a pu pour soutenir sa fille et l’encourager à croire que l’avenir pourrait être meilleur que le passé tragique, rien ne semblait fonctionner. Vingt-deux mois après son viol, Cassidy Trevan s’est suicidée, brisant la vie de sa mère.

Comme l’a écrit sa mère sur Facebook, selon le Daily Mail « Comment puis-je accepter que mon précieux bébé ait été si trahi, si maltraité, si déçu par la société et que tous les professionnels n’aient pu nous aider et nous protéger, avant et après ce qui nous est arrivé ? »

Après la mort de Cassidy Trevan, Linda Trevan a découvert une lettre qu’elle a écrit pour avertir les autres élèves et les parents de ce qui lui était arrivé, dans l’espoir que cette information pourrait empêcher les autres jeunes de connaître le même sort. Publiée dans The Independent, la lettre était une dernière déclaration émouvante de cette adolescente dont la vie a été tragiquement écourtée.

« Je m’appelle Cassidy Trevan, et j’ai été violée. Si quelqu’un essaie un jour de vous faire cela, ça vaut le coup de se battre ! Battez-vous ! Sinon, vous le regretterez toute votre vie, comme moi. Vous pouvez le faire. Restez prudent. Restez avisé. Restez en sécurité. »

 
VOIR AUSSI